Fin septembre, Skyline Airways défrayait la chronique. L'entreprise qui avait promis de faire voler tout le public d'une émission présentée par Cyril Hanouna a été qualifiée d'entourloupe. Elle annonce déjà son retour.

Vous vous souvenez de Skyline Airways, l’entreprise qui vendait des voyages en avion qui n’existaient pas ? Quelques semaines après le scandale, ses créateurs dévoilent un nouveau logo et annoncent leur retour sur le marché.

Skyline Airways avait été mise sur le devant de la scène après avoir été promue fin septembre dans l’émission La grande darka. Le présentateur Cyril Hanouna y annonçait qu’il offrait, en partenariat avec la firme, un voyage en Grèce pour tous les membres du public présents. Problème : elle n’avait encore jamais fait décoller un seul avion, n’avait pas de pilote pour les conduire, ni d’accord des autorités compétentes, comme on vous le racontait dans une enquête.

Des nouveautés bien floues

L’entreprise a annoncé ce 16 octobre son grand retour. Dans son « premier » communiqué de presse, elle dévoile son nouveau logo. Du rouge, elle passe désormais à un cygne violet et fuchsia. Surtout, elle annonce une «  restructuration générale ».

Skyline Airways explique changer « dans un soucis de transparence avec la clientèle, les internautes et les journalistes ». Elle y travaillerait depuis « plusieurs jours ». Cela aurait été suffisant, dit-elle, pour s’entourer de «  spécialistes du transport aérien, de consultants, d’experts, d’avocats, de juristes, d’agences de communication » et bien d’autres spécialistes encore.

Le changement est pour le moment assez flou. La firme parle d’un « business model retravaillé » pour « proposer des services de qualité supérieurs », de «  nouveaux services, nouveaux uniformes et nouvelles lignes » aériennes. Elle promet aussi une «  nouvelle livrée d’appareils », à savoir des avions. Cette dernière phrase suggère que des vols ont déjà eu lieu. En septembre, Skyline Airways nous avait pourtant assuré qu’aucun vol n’avait été organisé jusqu’à présent — bien qu’elle se vantait d’avoir déjà fait voyagé Cyril Hanouna dans l’un de ses avions auprès de partenaires commerciaux, avait appris Numerama. D’après nos recherches et des informations obtenues auprès des autorités compétentes, aucun vol n’avait en effet eu lieu.

Des erreurs «  de communication » ?

L’entreprise reconnaît avoir fait des erreurs par le passé, mais il s’agirait uniquement selon elle d’erreurs «  de communication ». Les problèmes soulevés allaient pourtant bien au-delà.

La société affirmait avoir reçu des accords officiels pour exercer une activité de courtage aérien (qui permet de louer des avions le temps d’un vol). Or Éric Héraud, le porte-parole de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), avait nié ceci en bloc. Il avait d’ailleurs confié à Numerama avoir été alerté au sujet de Skyline Airways durant l’été. La GTA (Gendarmerie des transports aériens) a ouvert une enquête le 28 août. Elle est à ce jour toujours en cours.

Skyline Airways avait aussi menti sur ses réseaux sociaux en manipulant des images. Elle avait collé son logo sur des avions étiquetés Air Berlin.

A gauche, des images publiées sur l’Instagram de Skyline Airways. A droite, des photos de la compagnie AirBerlin. // Source : Montage Numerama

Elle promouvait volontairement de faux vols sur son site, mais affirmait qu’il n’était pas possible de les réserver. Plusieurs sources nous avaient indiqué le contraire. Un internaute nous affirmait notamment, preuves à l’appui, avoir pu payer un billet d’avion sur le site. Il avait déboursé plusieurs centaines d’euros, alors que le vol en question n’existait pas. Le communiqué ne précise pas si il a été remboursé. Nous l’avons contacté.

Il nous assure n’avoir reçu aucun virement. Le fondateur de Skyline Airways, Rayan Squaratti, lui a envoyé des mails, dans lesquels il explique que le remboursement serait un « geste exceptionnel » auquel l’entreprise ne serait pas selon lui obligée. Il a pourtant vendu un service qui n’existait pas. Au regard de la loi, il pourrait être passible de poursuites judiciaires pour escroquerie et encourt 5 ans d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende. Il ajoute « n’y être pour rien » et précise que les conditions d’utilisation de son entreprise indiquaient : « aucun remboursement sur les prestations de transport ». Ceci serait possible… à condition que les vols existent bien, ce qui n’était pas le cas. Seules des compagnies aériennes qui proposent bien des vols pourraient ajouter de telles mentions dans leurs CGU. Il termine en exprimant son désintérêt pour les enquêtes publiées à son sujet.

Nous avons aussi pris contact avec ce fondateur de Skyline Airways pour en savoir plus sur les changements effectués dans l’entreprise. Il est revenu auprès de Numerama sur cette histoire du remboursement. Il explique que le retard est lié au fait que le client n’a pas souhaité lui envoyer une copie de sa carte d’identité. Il ne peut pas non plus faire un remboursement automatique avec sa banque car elle aurait selon lui clôturé le compte lors du « bad buzz ». Il promet l’organisation à venir d’une conférence de presse et d’un premier vol avec des journalistes, pour prouver sa bonne foi, et reconnaît avoir fait « des boulettes ».

Toutes les publications Instagram ont été supprimées du compte de la marque. Le site est ce 17 octobre toujours en maintenance. En bas de la page d’accueil, un message prévient que toute personne qui qualifiera la firme d’arnaque sera poursuivie en diffamation…

Partager sur les réseaux sociaux