Comme prévu, Rupert Murdoch et Chris DeWolfe ont annoncé à la conférence Web 2.0 hier la sortie prochaine de leur plateforme MySpace destinée aux développeurs (voir notre analyse du 10 octobre). Il s’agit d’un virage à 180° qu’opère News Corp puisque la firme passe d’une stratégie qui consistait à bloquer les applications qui n’étaient pas de son cru vers une ouverture proche de celle défendue par Facebook (mis à part le fait qu’aucune récompense n’est offerte aux meilleures applications).

Cette plateforme devrait être lancée dans quelques mois et consistera, dans un premier temps, à offrir un dossier dans lequel les widgets tiers que l’on retrouve déjà sur la plateforme communautaire pourront être « entreposés ». Chaque widget sera soumis à une phase de beta test avant d’être digéré par le portail. Rupert Murdoch a aussi promis qu’il accompagnerait ce mouvement de nouvelles options de protection de la vie privée qui permettront, par exemple, de définir quels utilisateurs pourront accéder à certains aspects de votre profil (amis, famille,…).

Par ailleurs, MySpace et Skype ont annoncé un partenariat visant à apporter la VoIP à MySpace. Cet accord est à double sens puisque le client de messagerie MySpaceIM intégrera les fonctions de Skype, et le comptes Skype offriront la possibilité de se connecter directement à MySpace.

« Notre réseau n’a pas de frontières géographiques, et les appels voix sur Internet sont la prochaine étape naturelle pour tous nos utilisateurs qui désirent communiquer entre eux » explique Chris DeWolfe. Il sera bien sûr possible de bloquer les appels ou de ne les autoriser qu’au réseau d’amis ; appels qui seront gratuits, sauf vers les lignes fixes et mobiles. Cette alliance entre Skype et MySpace devrait se concrétiser à partir du mois de novembre.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !