Le résultat du sondage pour les associations à soutenir à travers le Z Event 2022 a été rendu public. Cinq associations ont été sélectionnées. Les polémiques, néanmoins, pourraient perdurer.

Les internautes ont donc tranché. Dans l’après-midi du 13 juillet, les résultats du sondage pour déterminer quelles associations parmi une liste de vingt-deux auront droit au soutien du Z Event ont été publiés. Cinq structures ont réussi à tirer leur épingle du jeu.

Il s’agit de :

  • Sea Sheperd,
  • la Ligue pour la protection des oiseaux,
  • WWF,
  • Time for the Planet
  • The Sea Cleaners.

Ce vote est le fruit d’une campagne participative lancée par Adrien Nougaret, alias Zerator, au cours du week-end dernier. Initialement, l’équipe du Z Event avait retenu l’organisation GoodPlanet pour l’édition 2022. C’est elle qui aurait dû recevoir les fonds générés lors du marathon caritatif, qui se déroulera sur pratiquement quatre jours à la mi-septembre.

Z Event 2021
L’édition 2021 du Z Event. // Source : Z Event

Mais certaines activités promues par GoodPlanet (le soutien à la biodynamie), ses soutiens (comme BNP Paribas) et les positions exprimées autrefois par son fondateur (Yann Arthus-Bertrand) ont fini par entraîner un divorce entre le Z Event et GoodPlanet. Il fallait donc trouver une solution de repli : mais plutôt que de choisir, Zerator a laissé Internet décider.

Depuis le 10 juillet, les particuliers pouvaient donc voter sur un site dédié. Cette sélection des associations par la foule permettra-t-elle d’éteindre la polémique qui a éclaté cette année avec le Z Event ? On peut évidemment en douter : dès l’annonce des résultats par Zerator sur Twitter, des critiques ont émergé pour regretter la présence de tel ou tel organisme, ou l’absence d’un autre.

Des critiques perdurent, mais Zerator invite à aller de l’avant

Chose paradoxale, certaines des associations retenues ont également une certaine proximité avec la biodynamie — cette pratique qui a causé sa place à GoodPlanet pour l’édition 2022. C’est le cas du WWF France. D’autres, comme la Ligue pour la protection des oiseaux, Time for the Planet ou Sea Sheperd ont fait aussi l’objet de critiques semblables.

Avant la présentation des résultats, des militants et des militantes dans le domaine de l’environnement, mais aussi de nombreux internautes avaient déjà partagé leur sentiment sur ces organisations. Cela avait fini par donner lieu à une situation presque insoluble : chaque structure en lice se retrouvait potentiellement exposée à une exclusion, parce qu’elle ne présentait pas un profil pur et parfait.

pollution environnement nettoyage ecologie plage dechet
L’enjeu environnemental est assez critique pour justifier d’avancer vite. // Source : Pexels

Ainsi, certaines pouvaient ne pas avoir de polémique ou de controverse notable, mais se positionnaient contre l’énergie nucléaire ou la culture OGM, deux domaines qui sont source de vives controverses dans les milieux écologiques, mais qui sont perçus également comme des solutions de lutte et d’adaptation au changement climatique.

Des chicaneries sur lesquelles Zerator ne désire pas s’attarder. Dans un tweet, il a évacué le problème : « Que vous aimiez les 5 associations ou pas, nous allons être très attentifs à l’utilisation des fonds (comme tous les ans). On ne changera pas le passé/présent d’une association. Compromis et concessions.».L’urgence climatique justifie de ne pas s’arrêter au moindre faux pas.