Une faille a été trouvée dans la PlayStation 5. D’après les premières informations, son potentiel est difficilement exploitable.

« C’est… magnifique », annonce Lance McDonald dans un tweet publié le 3 octobre. L’homme qui est connu pour avoir amélioré la fluidité du jeu vidéo Bloodborne sur PS4 (d’une manière officieuse), se réjouit aujourd’hui de partager une vidéo où l’on voit une PS5 être victime d’un hack. Cela signifie qu’une faille a été trouvée dans la dernière console de Sony, commercialisée depuis novembre 2020. La PlayStation 5 avait déjà été ciblée un an plus tard.

D’après la vidéo, le hack donne accès à un menu debug — normalement réservé aux développeurs –, ouvrant la voie à des fonctionnalités supplémentaires. Par exemple, Lance McDonald est parvenu à récupérer la démo P.T. alors qu’elle n’est plus du tout disponible. Potentiellement, d’autres fichiers peuvent être installés sur la PS5 alors que ce n’est pas du tout autorisé dans le cadre d’une utilisation normale.

La manette de la PS5. // Source : Numerama
La manette de la PS5. // Source : Numerama

La PS5 a été hackée, mais…

Attention, le fait que la PS5 ait été hackée ne signifie pas que tout un chacun pourra facilement pirater les jeux vidéo de la console dans un futur proche, afin de jouer sans rien payer (comme à la belle époque de la première PlayStation). Le jailbreak (une faille qui permet de briser les barrières de développement imposées par le fabricant) en question semble très limité pour de multiples raisons.

Déjà, la faille n’est fonctionnelle que sur les PS5 avec le firmware 4.03 (datant d’octobre 2021). Elle est susceptible d’être utilisée sur des versions antérieures. En revanche, ce serait plus compliqué pour les plus récentes.

Par ailleurs, la faille est très instable : « Elle ne fonctionne que 30 % du temps. Si vous essayez de l’exploiter, n’abandonnez pas, il faut parfois plusieurs essais », peut-on lire sur le site Wololo. En somme, elle est difficile à maîtriser, même pour celles et ceux qui sont à l’aise avec des outils permettant de détourner des systèmes d’exploitation.

Enfin, le jailbreak permet bien d’installer des fichiers, mais pas de les exécuter — ce qui veut dire qu’on ne peut pas jouer à un jeu vidéo installé sur la console par ce biais. Pour le moment, il n’y a pas de quoi inquiéter Sony, tant le jailbreak, qui demeure un exploit à souligner, ne pourra intéresser qu’une poignée de curieux élitistes. On rappelle quand même que les consoles de la firme nippone ont un lourd passif avec l’univers du jailbreak. La PS5 ne déroge pas à la règle.