Facebook a un souci avec les adolescents : il parvient de moins en moins à les séduire, ces derniers préférant fréquenter d'autres plateformes même s'ils continuent à se connecter au site. Et la situation est visiblement préoccupante, car le site l'a admis indirectement.

Mark Zuckerberg devra se faire une raison : les adolescents se détournent de Facebook. Et visiblement, le décrochage du réseau social dans le cœur des jeunes internautes est jugé suffisamment grave pour qu'il en soit fait mention lors de la présentation des résultats financiers du troisième trimestre 2013. À la place, ces natifs du numérique fréquentent d'autres sites communautaires, parfois lancés il y a peu.

L'aveu de Facebook fait suite à un rapport conduit par la banque d'investissement américaine Piper Jaffray montrant que les mineurs et les jeunes adultes préfèrent passer du temps ailleurs. Ces nouvelles plateformes répondent au nom d'Instagram, Snapchat ou encore Vine, autant de terrains de jeu où les parents ne sont pas présents – contrairement à Facebook, qui séduit jusqu'aux seniors.

Ces espaces sont d'ailleurs moins des réseaux sociaux que des services de partage (essentiellement de photos et de vidéos) et des services de messagerie instantanée (comme Line ou Whatsapp). C'est d'ailleurs face à ce constat que Twitter envisage désormais de mettre un pied dans ce secteur, même si rien n'a été annoncé pour le moment.

Le désintérêt des jeunes est-il une surprise ? Malgré les dénégations estivales de Mark Zuckerberg,  assurant que Facebook n'avait pas de problème particulier avec les adolescents, le patron du site communautaire a avoué quelques mois plus tard que Facebook n'est plus "cool". Or le problème que rencontre le réseau social avec le jeune se situe peut-être là.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !