Épinglée par un expert pour sa dangereuse et déloyale collecte de données sur les smartphones de ses clients, la marque chinoise OnePlus promet désormais des ajustements. Et tente de rassurer ses clients.

La semaine passée, Chris Moore dévoilait les pratiques dangereuses de la marque chinoise OnePlus. Le constructeur de smartphone utiliserait son système d’exploitation maison, Oxygen OS, pour récupérer en continu des données sur les smartphones de ses clients.

Selon Moore, l’entreprise récupère à la fois des données d’usage et des informations quant au téléphone, son IMEI, son numéro de série ainsi que ses connexions Wi-Fi. En somme, OnePlus opère une collecte de données permanente et non anonymisée.

Pas vraiment un mea culpa

Cette révélation largement reprise dans les médias a poussé la marque à s’expliquer. Elle a d’abord expliqué que la collecte était partiellement désactivable et a finalement corrigé le tir grâce à des précisions sur le forum de la firme.

C’est sur ce même espace de discussion que le fondateur de l’entreprise, Carl Pei, a tenté un mea culpa. Il a d’abord considéré que la collecte de données devait être perçue comme un « standard  » de l’industrie, en concédant toutefois avoir « réalisé que nos utilisateurs ont le droit de comprendre comment et pourquoi elle est pratiquée  ». Un détail qui revient à l’application simple de la loi en France par exemple.

OnePlus

OnePlus promet des réglages de confidentialité plus visibles

Ensuite, Carl Pei a répété qu’une partie de la collecte pouvait être désactivée, bien que cette proposition ne soit pas faite à l’utilisateur par défaut. Il faut, comme expliqué par la marque la semaine passée, se rendre dans les paramètres avancés du téléphone.

Néanmoins, la marque compte, d’ici à la fin octobre selon Pei, aller vers un menu au premier démarrage du téléphone pour laisser l’utilisateur maître de cette collecte, ce qui ressemble davantage aux standards de l’industrie puisque cette interface est exigée par différentes lois autour du globe.

Enfin, l’entreprise s’engage à rédiger des conditions d’utilisation plus exhaustives quant à la collecte de données ainsi qu’à définitivement cesser la récolte des numéros de téléphones, des connexions Wi-Fi et des adresses MAC. Des informations confidentielles que la marque agrégeait sans prendre en compte leur caractère critique.

À ce titre, le patron chinois  assure qu’aucune de ces données n’a été vendue par la firme, il s’agissait selon le constructeur « de servir au mieux nos utilisateurs  ». Une assertion zélée alors que l’entreprise commence seulement à rentrer dans les clous du respect de la vie privée après avoir dissimulé une collecte de données sensibles sur des milliers de smartphones.

Partager sur les réseaux sociaux