Comme ses petits copains, Renault annonce l'électrification prochaine d'une bonne partie de ses voitures. Ce sera pour 2022.

Le virage de l’électrification n’entend pas être loupé par les constructeurs automobiles. Surtout pas par Renault, qui a précisé ses plans futurs, étalés sur cinq ans, et qui nous amèneront jusqu’à l’horizon 2022. Cette année-là, vingt-et-un nouveaux véhicules seront en vente, dont huit seront 100 % électriques et douze hybrides. Ils auront un point commun : ils seront tous 100 % connectés au sein des marchés clés. Viendront ensuite les voitures autonomes, avec une quinzaine au programme, puis les déclinaisons du concept Symbioz, que nous avions vu au salon de Francfort.

Drive The Future

«  Ce nouveau plan libérera tout notre potentiel pour innover et croître dans une industrie qui évolue rapidement  » confie Carlos Ghosn, PDG du Groupe Renault. Une industrie, surtout, dont le but in fine est de se débarrasser peu à peu du thermique, tout du moins du diesel. À ce sujet, Renault compte diviser par deux la production de véhicules utilisant ce carburant tant décrié ces dernières années.

Renault entend construire la mobilité, qualifiée de durable, du futur avec une approche «  marché par marché   », à destination d’un maximum de type de clients, tout en se prévalant d’une rentabilité à même de nourrir sa stratégie ambitieuse. Une rentabilité qui passera notamment par l’utilisation d’une plateforme commune à 80 % des véhicules sortant des usines. Renault veut aussi rester leader sur le véhicule électrique, ce qu’il fera en capitalisant sur le succès avant-gardiste de sa Zoé (le cap des 50 000 ventes dépassé en 2016).

En tout, le géant français espère écouler cinq millions d’unités, soit une hausse de 44 % par rapport à 2016, pour un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros. Drive The Future annonce Renault. Une phrase bizarrement en anglais.

Partager sur les réseaux sociaux