Google a dévoilé un appareil photo ultra compact baptisé Clips. Doté d'algorithmes, il est capable de prendre à votre place des photos pour immortaliser les instants les plus précieux du quotidien. Un fonctionnement qui soulève quelques inquiétudes, même si Google a mis certaines bornes.

Vous vous souvenez des préoccupations qui étaient apparues lorsque Google a tenté de faire croire que le port de lunettes connectées à Internet — les fameuses Google Glass — n’avait rien d’extraordinaire et que les inquiétudes concernant un glissement vers une société où tout le monde filmerait tout et tout le monde sans interruption ou presque étaient grandement exagérées ?

Avec Clips, on peut s’attendre à voir ces craintes se manifester à nouveau. La firme de Mountain View a en effet présenté mercredi 4 octobre un appareil photo d’un type un peu particulier, puisque celui-ci fait appel à des algorithmes d’apprentissage automatique (un domaine de recherche de l’IA) qui décident quelles sont les photos qu’il faut prendre selon ce qui est vu par l’objectif.

Selon Google, l’appareil photo est capable de reconnaître les visages des membres de la famille — on suppose qu’il faut préalablement dire au système qui en est ou non sur les premiers clichés — ainsi que des animaux. Clips est aussi capable d’enregistrer de courtes vidéos muettes (sept secondes maximum), ce qui peut donner ensuite lieu à des petites animations sympathiques.

L’idée derrière ce produit est de permettre aux individus de se libérer de la corvée de la photographie et d’éviter que les gens ne se figent devant la caméra, ce qui manque de naturel. En principe, il suffit de poser Clips quelque part et de le laisser faire son oeuvre, en fonction de ce qui est détecté, comme un sourire par exemple. Bref, chacun vit sa vie et il suffit de voir à la fin le résultat des captures réalisées par Clips.

La firme de Mountain View indique que son appareil photo est avant tout pensé pour les parents ; ils mettent la caméra dans le jardin ou dans la chambre à coucher pour filmer leur progéniture sans qu’ils aient besoin de guetter le meilleur moment à photographier ; ils peuvent ainsi interagir avec sans avoir à penser en même temps à prendre une photo. Tout est fait à votre place, en somme.

Des limites

Reste une question : quelles sont les limites fixées par Google à son dispositif ? les contenus ne sont normalement pas envoyés dans le cloud — c’est-à-dire sur les serveurs de la firme américaine — sauf si l’utilisateur donne spécifiquement son accord, selon le site Engadget. En outre, ajoute 01 Net, une lumière s’allume quand Clips est en action et seuls les visages connus sont photographiés ; pas les inconnus.

Et si dans une même scène l’appareil photo ultra compact de Google détecte à la fois un visage qu’il reconnaît et une personne non identifiée ? Ce cas de figure n’est pas explicité par la firme de Mountain View.

Du côté des caractéristiques techniques, il est annoncé un espace de stockage interne de 16 Go. Les photos prises peuvent être synchronisées avec votre smartphone et il vous est possible de les transférer pour libérer de la place. Concernant l’autonomie, Clips est en mesure d’être actif trois heures de suite sur un événement ; en mode veille, sa batterie lui permet de tenir quelques jours.

Il reste à savoir si Clips saura séduire, la perspective d’un déclenchement automatique de l’appareil sur décision algorithmique pouvant servir de repoussoir à une partie du public malgré les mesures prises par Google pour que l’appareil photo ne fasse pas n’importe quoi. Pour les autres, il faudra dépenser 250 dollars pour mettre la main dessus.

Et si la sauce ne prend pas malgré tous les efforts déployés par la firme de Mountain View pour vendre un produit qu’elle juge très utile, il sera toujours possible de proposer l’idée pour un futur épisode de Black Mirror. Après tout, la série dystopique adore puiser dans le monde de la tech des idées pour en montrer les dérives potentielles. Le principe de Clips a d’ailleurs été en partie exploré dans l’épisode The Entire History of You.

Partager sur les réseaux sociaux