Pour que les entreprises puissent gérer plus facilement le rythme des mises à jour Windows, Microsoft a clarifié son calendrier et s'engage à une plus grande régularité pour les mises à jour majeures.

Depuis la sortie de Windows 10 en 2015, Microsoft considère son système d’exploitation comme un service. L’éditeur ajoute donc régulièrement de nouvelles fonctionnalités gratuitement au travers de mises à jour majeures.

Jusqu’à présent, Windows 10 a eu le droit à trois de ces mises à jour, en novembre 2015, en août 2016 et en mars 2017. Pour les entreprises, ce nouveau paradigme était un casse-tête, car jusqu’à présent Microsoft semblait développer ces mises à jour au fil de l’eau, sans exposer publiquement un calendrier précis.

Windows 10 Redstone 3 sortira en septembre

Pour faciliter la gestion des mises à jour par les entreprises, qui sont les premiers clients de Microsoft, la firme de Redmond a dévoilé aujourd’hui de nouveaux engagements concernant le rythme de sortie des mises à jour de Windows 10.

Désormais, Microsoft veut développer deux mises à jour amenant de nouvelles fonctionnalités par an. La prochaine mise à jour majeure, connue sous le nom de code Redstone 3 et déjà disponible en préversion, est prévue pour sortir en septembre 2017.

À partir de cette mise à jour, Microsoft veut conserver le même rythme et proposer une mise à jour majeure en mars et une autre en septembre, chaque année. Ce rythme rappelle celui d’Ubuntu qui déploie chaque année une version en avril et une autre en octobre.

Un support de 18 mois pour chaque mise à jour

Contrairement aux utilisateurs de la version grand public, les entreprises peuvent décider de conserver une ancienne version de Windows 10 dans le cadre des CBB (Current Branch for Business) et LTSB (Long Time Servicing Branch) .

Microsoft précise que chaque version sera officiellement prise en charge pendant 18 mois. Au-delà de cette période, la version arrêtera de recevoir des mises à jour mineures à travers Windows Update.

La firme de Redmond espère ne jamais voir se reproduire la situation qu’elle a connue avec Windows XP qu’elle a pris en charge pendant très longtemps à cause de sa popularité, créant une fragmentation dans l’écosystème Windows. Elle incite donc comme elle peut les utilisateurs à utiliser en permanence la dernière version en date de Windows.

Partager sur les réseaux sociaux