Apple a déposé un brevet sur une méthode qui permettrait de glaner un maximum d'informations sur les voleurs d'iPhone, dont leur photo et une image de leur empreinte digitale.

Apple fait tout pour éviter que ses clients se fassent voler leur iPhone, et imagine donc un ensemble de stratégie pour décourager les voleurs. La firme de Cupertino permet déjà de localiser un téléphone à distance, de le verrouiller, ou encore d’effacer les données depuis son ordinateur. Mais prochainement, Apple pourrait aussi permettre à ses clients d’obtenir des informations biométriques et d’autres données liées au voleur potentiel d’un téléphone.

Comme le remarque Apple Insider, le groupe a en effet obtenu cette semaine la publication par le bureau des brevets américain d’un nouveau brevet portant sur la « capture biométrique pour l’identification d’un utilisateur non utilisé ». Apple y explique que les différents capteurs d’un iPhone ou d’un iPad pourraient être utilisés pour rassembler un maximum d’informations sur le voleur, et les envoyer vers un ordinateur associé au compte Apple de la victime.

La firme de Cupertino explique ainsi qu’il serait possible de reconstituer des empreintes digitales du voleur ou de toute personne qui tente d’accéder illégalement à l’iPhone, au besoin en combinant jusqu’à une quinzaine d’essais de lectures d’empreintes via son capteur Touch ID. Cette hypothèse est toutefois surprenante de la part d’Apple, qui avait rassuré sur le fait que le capteur qu’il avait conçu ne serait pas capable de restituer sur demande une image de l’empreinte digitale.

touchid

« Aucune image de votre empreinte n’est conservée par la fonctionnalité Touch ID. Celle-ci en stocke uniquement la représentation mathématique, et personne ne peut déterminer votre empreinte à partir de cette dernière », peut-on lire sur le site d’Apple. Il précise :

«  La puce de votre appareil profite également d’une architecture de sécurité avancée, appelée Enclave sécurisée. Celle-ci permet de protéger codes d’accès et données liées aux empreintes. Ces dernières sont chiffrées et protégées par une clé, uniquement accessible via l’enclave sécurisée, qui utilise les données en question pour vérifier que votre empreinte correspond aux informations enregistrées sur l’appareil.

L’enclave sécurisée est totalement indépendante des autres composants de la puce et des autres fonctionnalités d’iOS. Ainsi, iOS et toute autre application n’ont jamais accès aux données liées aux empreintes, et celles-ci ne sont ni enregistrées sur les serveurs Apple, ni sauvegardées dans iCloud ou ailleurs. Seule la fonctionnalité Touch ID a accès à ces données, qui sont incompatibles avec les autres bases de données
d’empreintes. »

Dans ces conditions, il faudrait qu’Apple revoit l’architecture de ses iPhone et de Touch ID pour permettre la capture de l’empreinte d’un éventuel voleur, au risque de troubler l’image de protectrice de la vie privée qu’elle a mis du temps à construire.

Ce n’est pas tout. Apple imagine aussi capter des photos de celui qui cherche à débloquer un iPhone sans en avoir les droits, du son, des coordonnées GPS ou même des indications comme la pression de l’air, pour rassembler un maximum d’informations qui permettraient d’identifier avec certitude le coupable. Selon les configurations, les données pourraient être collectées et envoyées systématiquement, ou selon des scénarios plus fins (par exemple au bout de 5 essais infructueux, si l’iPhone est à un plus de 10 km de tel lieu, etc.).

Rien ne dit néanmoins qu’Apple souhaite véritablement mettre en œuvre ce brevet, qui ne traduit à ce stade qu’une idée et pas une intention de commercialisation. L’avenir le dira.

brevet-apple-2

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés