Le drone Mine Kafon peut détecter les mines antipersonnelles grâce à un détecteur de métaux, et déposer de petites bombes pour les faire exploser à distance.

Vous avez peut-être le souvenir qu’il y a quelques années, un jeune designer d’origine afghane, Massoud Hassani, avait présenté au monde une boule en bambou qui servait à déminer les champs de mines par ses déplacements au gré du vent. Si elle roulait sur une mine, la sphère provoquait une explosion qui lui faisait perdre quelques « branches », mais elle restait suffisamment stable pour continuer à rouler ailleurs et ainsi à déminer une zone par l’effet du hasard. Il suffisait ensuite de suivre le chemin emprunté par la boule pour savoir où marcher sans prendre de risque.

La solution avait beaucoup séduit par son côté à la fois ingénieux et poétique, mais elle n’était tout de même pas d’une fiabilité à toute épreuve, et exigeait de systématiquement réparer la boule ou d’en construire une nouvelle. Massoud Hassani a donc continué à réfléchir au problème, et s’est retourné vers les drones.

Avec son frère, le designer a monté la fondation Mine Kafon, qui a mis au point un drone détecteur de mines, capable de les faire exploser à distance. L’engin cartographie la zone voulue à l’aide d’un détecteur de métal qui survole le terrain à environ 4 cm de hauteur, en effectuant des déplacements en bandes parallèles, qu permettent de ne rien oublier. Les coordonnées GPS des mines ainsi détectées sont gardées en mémoire, puis le drone baptisé Mine Kafon Drone (MKD) revient sur place déposer délicatement une petite bombe, qui permet de faire exploser la mine à distance.

Selon les concepteurs, cette méthode fiable, économique et sûre serait aussi environ 20 fois plus rapide que les systèmes actuels, et 200 fois moins chère.

La fondation basée aux Pays-Bas cherche à obtenir 70 000 euros de financements pour finaliser son projet, et débuter un test pilote en mai 2017, avant de commencer une première phase de déminage effectif le mois suivant. Elle a donc lancé une campagne Kickstarter, pour laquelle elle a reçu déjà près de 25 000 euros de financement alors qu’il reste encore plus d’un moins de levée de fonds.

Selon Mine Kafon, il existerait encore 100 millions de mines antipersonnelles à travers le monde, réparties notamment en Bosnie, en Afghanistan, en Colombie, en Angola, au Mozambique, ou encore au Cambodge. Dix civils seraient tués chaque jour dans des explosions accidentelles.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos