Quand elles surchauffent, les batteries de smartphones peuvent parfois prendre feu. Dernier exemple en date, l'iPhone 6 d'une Américaine qui a pris feu en plein vol. Heureusement, l'histoire se finit bien -- sauf pour l'iPhone.

Les cigarettes électroniques ne sont pas les seuls objets à exploser subitement. Les téléphones portables, comme tout appareil disposant d’une batterie au lithium, sont également sujets aux combustions spontanées. En considérant le nombre de smartphones dans la nature, ce genre de phénomène reste marginal et au mieux anecdotique. Dans de nombreux cas, la batterie surchauffe suite à l’utilisation de chargeurs qui ne sont pas d’origine ou non certifiés.

phone_explodes_mid_flight

L’iPhone 6 d’Anna Crail est le dernier exemple en date. Cette Américaine était dans un avion pour Hawaï, quand son iPhone s’est transformé en bûche géante. Les causes de l’incident ne sont pas connues, mais le fait que celui-ci ait eu lieu en plein vol rappelle les dangers liés aux batteries. D’après le témoignage d’Anna Crail, l’iPhone en question aurait pris feu alors qu’elle regardait un film.

«  Quand ça a commencé, j’ai cru qu’on s’écrasait, et j’étais genre « oh mon dieu, il y a un feu dans l’avion ». D’un seul coup, il y a eu des flammes de vingt centimètres qui sortaient de mon téléphone, je l’ai jeté sur le sol, il s’est retrouvé sous le siège de quelqu’un, les flammes devenaient de plus en plus grandes et les gens se sont levés ».

Heureusement pour Crail et les autres 162 passagers de l’avion, aucune personne n’a été blessée et le feu a été très rapidement maîtrisé par les membres de l’équipage d’Alaska Air.

Des batteries interdites en soute

Ce problème n’est pas nouveau et suit l’annonce récente de l’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) qui a décidé en février 2016 de bannir les batteries au lithium-ion de la soute des avions.

À partir du 1er avril prochain, il sera donc nécessaire de transporter tout équipement comportant une batterie au lithium-ion dans la cabine. Cette interdiction fait suite aux nombreuses réclamations à l’OACI de la part des pilotes et des compagnies aériennes qui s’inquiétaient de la sécurité des vols.

Toujours au mois de février, la FAA, l’agence gouvernementale en charge des réglementations et des contrôles par rapport à l’aviation civile aux États-Unis, avait émis un bulletin d’alerte pour recommander aux compagnies aériennes d’évaluer les risques liés au transport de batteries au lithium-ion.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés