Dans un communiqué, Microsoft France a répondu à l'April sur la question des logiciels libres dans le cadre scolaire.

La réponse arrive tardivement, mais elle est arrivée. Microsoft France a publié vendredi soir une longue réponse à l’April, l’association de promotion et de défense des logiciels libres, qui avait fustigé avec une douzaine d’autres organisations l’accord signé en novembre 2015 entre Microsoft France et l’Éducation nationale.

Celui-ci prévoyait non seulement de faciliter l’introduction d’Office365 et d’autres outils de Microsoft dans les écoles, mais aussi — ce que le ministère n’avait pas mis en avant — de collecter des données d’élèves pour réaliser de l’apprentissage personnalisé. Avec cet « adaptative learning  », les algorithmes de Microsoft pourraient progressivement remplacer le savoir-faire des enseignants pour savoir quels exercices proposer à un élève en fonction de ses besoins et de ses capacités, créant une forme de boîte noire éducative où les pouvoirs publics perdent de leur influence face aux pouvoirs privés.

Microsoft est un des principaux soutiens du Libre

L’April, comme d’autres, s’était ému de la signature de cet accord alors que le gouvernement s’était engagé en faveur du logiciel libre. Mais Microsoft lui répond en cherchant à se mettre du côté des défenseurs du libre.

« Microsoft est un partenaire ouvert et interopérable de la communauté du logiciel libre et de l’open source. Tous ces acteurs innovants de l’open source ou du logiciel libre avec lesquels nous travaillons depuis longtemps croient au pluralisme, à la collaboration et rejettent la discrimination des uns ou la prohibition des autres  », lâche ainsi Microsoft France. L’éditeur développe longuement son implication dans la communauté Open Source, « dont il est aujourd’hui l’un des principaux soutiens ».

windows10 copie

« Nous contribuons ainsi au développement du noyau Linux, ou pour le web, du noyau PHP (pour lequel Microsoft est l’un des 5 premiers contributeurs mondiaux). Microsoft soutient aussi activement le développement des innovations Open Source dans le Big Data avec Hadoop ou les « containers » avec l’entreprise Docker », rappelle par exemple la firme de Remond. Même chose pour l’interopérabilité, puisque par exemple, « Microsoft a adopté le standard ouvert Office Open XML (OOXML), devenu le standard de documents révisables le plus répandu et largement adopté par le marché »

La vie privée protégée par Microsoft ?

Quant aux questions liées à la vie privée, Microsoft livre un véritable plaidoyer, qui ferait presque oublier la politique de Windows 10.

« Pour Microsoft, le droit à la vie privée est une liberté fondamentale et les garanties apportées aux données personnelles constituent un des éléments indispensables à sa protection. La vie privée n’est pas, comme le soutiennent certains, une « parenthèse de l’histoire ». C’est une liberté fondamentale qui a permis à d’autres libertés démocratiques de se construire et de s’affirmer comme la liberté d’opinion, d’expression et de communication et aux citoyens d’échapper aux contraintes du contrôle social », assure la firme de Redmond.

En guise de bonne foi, elle rappelle qu’elle est « actuellement en contentieux avec le Gouvernement des États-Unis suite à son efus de donner accès à certaines données de l’un de ses clients, stockées en Europe, dès lors que la requête ne respectait pas les garanties juridiques dues à chaque citoyen quant à son droit à la vie privée ».

Suffisant pour convaincre ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés