Electronic Arts a tenu à évoquer une nouvelle fois le sujet des boîtes de loot, critiquées et prises pour cible dans la bêta de Star Wars Battlefront II.

À une quinzaine de jours du lancement de Star Wars Battlefront II, Electronic Arts remet sur le tapis le problème des boîtes de loot. Après la bêta, beaucoup de joueurs ont pointé du doigt ce que l’ESRB n’a pas condamné en émettant des craintes quant à un éventuel syndrome pay-to-win. Dans la foulée, l’éditeur a été obligé de communiquer sur des changements qui seront appliqués dans le jeu final pour tenter de rassurer les fans. De toute évidence, il en faudra un peu plus et, par conséquent, EA continue d’affirmer bec et ongle que les objets de la discorde ne seront pas un souci dans le FPS orienté multijoueur.

Rassurer, encore rassurer

Andrew Wilson, CEO d’Electronic Arts, tient donc à mettre les points sur i une bonne fois pour toutes, insistant d’abord sur le fait que le contenu de Star Wars Battlefront II est très généreux. «  Nous avons un jeu qui est trois fois plus gros que le précédent. Nous avons du contenu normalement réservé à un Season Pass, et nous le proposons gratuitement. Nous sommes donc confiants vis-à-vis du produit et de ce que nous offrons à la communauté pour qu’elle reste active  ».

Si les arguments se tiennent, ils ne répondent pas fondamentalement au problème de base. Qui est le suivant : est-ce que les boîtes de loot de Star Wars Battlefront II altèrent suffisamment la progression pour transformer le jeu en pay-to-win ? Sur ce point, Andrew Wilson assure que DICE et EA prennent l’équilibrage et l’équité très à cœur. «  Nous aurons un dialogue journalier avec les joueurs afin de faire des ajustements continus dans les années à venir  ».

Déjà, les objets les plus puissants ne pourront pas être acquis via les boîtes de loot. Des propos qui sous-entendent néanmoins que l’avenir de Star Wars Battlefront II sera très dépendant des joueurs et de leurs retours. Et qu’il ne faut pas exclure non plus quelques déséquilibres au lancement. Pour EA, dans une position très inconfortable, il s’agit quand même de vendre des boîtes de loot pour rentabiliser un développement coûteux. Un paradoxe.

Partager sur les réseaux sociaux