Réalisé par deux jeunes femmes piquées aux affres du YouTube Game, ses traditions et son monde, « Elles prennent la parole » est un documentaire rare et important. Dévoilé après plus d'une année de travail par l'association Les Internettes, le reportage retrace différents parcours de YouTubeuses et aborde la question de l'émancipation féminine, sans tabous. À découvrir sur YouTube sans attendre.

Lors de la première rencontre entre Numerama et Les Internettes, la question d’un reportage était déjà évoquée. Enthousiastes, les membres de l’association encore jeune nous expliquaient que deux de leur proches — Léa Bordier et Lisa Miquet — travaillaient sur un projet manifeste, un documentaire sur la création au féminin sur YouTube.

Raconter l’histoire des YouTubeuses, un acte politique

Pour les membres de l’association féministe, raconter leurs histoires, en tant que femmes se battant pour créer, était un combat en tant que tel. Rarement interrogées sur leurs succès ou leurs échecs, et encore moins sur leur rapport au sexisme, les YouTubeuses ont pu, grâce au documentaire, parler des problèmes d’un monde virtuel qui reproduit les errances de notre société. Entre insulte, harcèlement, mépris, dénigrement ou simplement timidité sociale, la place des femmes dans ce monde aussi futuriste que bordélique de YouTube est questionnée par les deux jeunes réalisatrices.

Natoo pour Elles prennent la parole

Loin d’une page blanche sociale, la communauté des vidéastes est finalement très proche de la société. Une analyse que porte presque toutes les vidéastes interrogées qui souvent sont venues à l’Internet pour y trouver l’émancipation que la société leur interdisait.

Toutes déçues de YouTube ? Sûrement pas, nous explique cette pléiade de créatrice allant de l’incontestée Natoo à de plus confidentielles créatrices opérant sur de nombreux fronts : sociologie, fiction, science, archéologie ou encore culture. Et à ce titre, Elles prennent la parole ne se limite pas à être un itinéraire de la désillusion, le document prend également les armes.

« Internet nous apparaissait comme une page blanche  » résume la toujours tranchante Klaire fait Grrr. Un champ de bataille pour inventer une société nouvelle, où les frontières qui enferment chacun dans son rôle seraient réduites ? Aujourd’hui, le constat des Internettes sur l’absence des femmes dans les charts de la plateforme de vidéo montre que même les pages blanches réécrivent des scénarios déjà connus.

Injonction au dépassement de nos préjugés, invitation à créer et à faire créer, Elles prennent la parole s’impose comme un documentaire rare et précieux

Un document rare sur l’Internet francophone

Injonction au dépassement de nos préjugés, invitation à créer et à faire créer, Elles prennent la parole s’impose comme un documentaire rare et précieux grâce à son sujet méprisé et jamais traité avec la même frontalité. Mais c’est également à notre sens un événement important qui, grâce à son vivier de voix, ses percutants témoignages et son optimisme radical, raconte quelque chose de notre monde.

Solange pour Elles prennent la parole

Formellement, il y a bien quelques hésitations, une façon de construire la dialectique du document qui illustre une certaine urgence, mais c’est certainement le format YouTube qui inspire ce style autant qu’il l’oblige. Or, passé ces quelques réserves mineures sur la réalisation, Elles prennent la parole reste un documentaire que l’on conseille très chaudement, que l’on voudrait voir animer des débats et inspirer des vocations.

À découvrir en intégralité sur YouTube et à voir avec vos enfants, vos ami(e)s, vos parents, YouTubeuses, YouTubeurs ou non.

Partager sur les réseaux sociaux