Le concours d'écriture NaNoGenMo a une particularité : les auteurs sont des programmes qui ont généré des romans de 50 000 mots. Pour un résultat plutôt intrigant.

Écrire des romans qui changent à jamais la face de la littérature, c’est surfait : il n’y a qu’à voir le top des ventes dans n’importe quelle Fnac pour s’en convaincre. Mais pourra-t-on aller jusqu’à se passer d’écrire et confier la littérature à des lignes de code ? C’est le principe du NaNoGenMo, pour National Novel Generation Month. Inspiré du NaNoWriMo, concours qui invite chaque année des auteurs à écrire un roman de 50 000 mots en un mois, le NaNoGenMo reproduit l’idée et l’applique à du contenu généré par des programmes.

0e72c8be-98e1-11e5-8260-65ab7cbd6682

Les règles sont simples : il faut générer un roman de 50 000 mots et publier son code source sur la page GitHub associée au projet. La définition de « roman » ne regarde que le développeur qui va aligner les lignes de code. Le résultat, ce sont 188 romans aux noms plus bizarres les uns que les autres. Voilà nos préférés :

  • Les Cent Soixante Cinq Jours de Noël : un livre qui contient la version étendue de la comptine de Noël nommée, désormais à tort, 12 Jours de Noël. L’auteur précise qu’il faut commencer la chanson le 13 juillet pour arriver à la fin le 25 décembre
  • La Couverture du Soleil se Lève Aussi : ce roman particulièrement intéressant étudie la couverture d’une édition du célèbre texte d’Hemingway. Chaque pixel est analysé et sa couleur est écrite en toutes lettres, ce qui donne un roman de 803 218 mots. Un lecteur a remarqué qu’un pixel était transparent.
  • Les Rêves Avant Les Discours : ce chef d’œuvre de littérature philosophique mêle habilement les discours de Ronald Reagan et des extraits de Schopenhauer. Le résultat est… étonnant.

Il n’y a pas à dire, la rentrée littéraire de l’an 3016 risque d’être fun.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés