Deux témoignages illustrent que les agents des douanes américaines sont susceptibles de tester les connaissances des informaticiens lorsqu'ils se présentent comme tels.

Vous êtes informaticien et vous allez vous rendre prochainement aux États-Unis ? Il serait de bon ton que vous rafraîchissiez un peu vos connaissances en la matière car les agents des douanes américaines pourraient bien vous évaluer en vous posant quelques questions techniques.

Surréaliste ? C’est pourtant à cette bien étrange réalité qu’au moins deux passagers ont été confrontés alors ils cherchaient à entrer aux États-Unis. À chaque fois, les deux voyageurs ont dû répondre à une sorte d’interrogation, visiblement pour vérifier qu’ils étaient bien ce qu’ils prétendaient être.

Sur Twitter, Celestine Omin raconte ainsi qu’on lui a demandé d’équilibrer un arbre binaire de recherche alors qu’il venait d’arriver à l’aéroport international de New York-John F. Kennedy. Et ce n’est pas la seule question à laquelle il a été soumis : en tout l’attendait une dizaine de questions en sciences informatiques, une feuille A4 et un stylo. « Bienvenue en Amérique », ironise-t-il aujourd’hui.

Ce fut « stressant », avoue-t-il, assez pour l’empêcher de répondre correctement à la question, d’autant que l’intéressé venait d’achever un voyage long de 23 heures. « J’étais trop épuisé pour essayer de penser à une solution d’arbre binaire de recherche ». « Je leur ai simplement dit que nous pourrions parler d’un autre sujet de sciences informatiques ».

Il ne s’agit pas d’un cas isolé. La presse australienne rapporte de son côté que David Thornton, un ingénieur logiciel vivant à Sydney, a dû lui aussi répondre à des questions techniques en arrivant aux États-Unis, ce qui laisse à penser que des instructions en ce sens ont été données à la douane.

Évoquant l’agent à qui il faisait face, David Thornton explique lui avoir dit qu’il était un informaticien. « Il m’a demandé si je connaissais le Python et j’ai répondu oui. C’est un langage de programmation, comme C ou Java, et c’est plutôt courant ». C’est alors que l’interrogatoire a pris une toute autre tournure lorsque l’agent lui a demandé : « j’ai un problème, j’essaie d’écrire un programme informatique, pouvez-vous m’aider ? ».

Il m’a demandé si je connaissais le Python

Expliquant être un peu désarçonné par cette demande, et ne voulant pas s’attarder à la douane plus que de raison, il a donc accepté et au cours des minutes qui ont suivi, il a dû démontrer qu’il était bien un ingénieur logiciel, avec un stylo et un papier. « Il m’a fait passer un vrai test d’informatique. Il n’était pas aussi savant que ceux auxquels on peut s’attendre chez Google, mais c’était définitivement un examen ».

Autorisé à entrer aux États-Unis, David Thornton préfère rire de la situation : « est-ce qu’ils interdisent les mauvais développeurs en Amérique ? ».

Zèle des douaniers

Malheureusement, la tournure que prennent les événements ne prête pas vraiment à sourire. Les incidents se multiplient outre-Atlantique, avec des agents des douanes qui sont visiblement décomplexés dans la manière d’opérer le contrôler aux frontières du fait de la politique conduite par l’administration Trump. Dernièrement, c’est l’historien français Henry Russo qui en a fait les frais.

CC Helloquence

S’il n’a visiblement pas dû répondre à un test d’histoire, Le Figaro rapporte que l’intéressé a subi un interrogatoire étendu de plusieurs heures, une fouille au corps et la prise de toutes ses empreintes digitales — alors que les USA les ont déjà — ; ce n’est que grâce au concours d’une professeure de droit spécialisée dans les questions d’immigration, Fatma Marouf, et des responsables d’une université que son expulsion a été évitée.

Plusieurs témoignages font également état de douaniers réclamant les mots de passe aux passagers arrivant aux États-Unis — ce qui a fait naître des conseils selon lesquels il vaut mieux emprunter un smartphone totalement vierge avant d’aller outre-Atlantique plutôt que d’emmener le sien –, ce qui entraîne aujourd’hui des pétitions exigeant l’arrêt de ces demandes.

Partager sur les réseaux sociaux