Le FBI a décidé d'enquêter sur l'un de ses comptes Twitter, accusé d'avoir pris position dans la campagne présidentielle américaine à une semaine du scrutin.

Le FBI vient d’ouvrir une enquête sur l’un de ses propres comptes Twitter, au coeur d’une polémique depuis plusieurs jours. Le 30 octobre, « @FBIRecordsVault » (« Le coffre-fort d’archives du FBI »), qui archive les documents rendus publics conformément à la Loi sur la liberté d’information (FOIA), se réveille soudainement après une année entière d’inactivité. Dès 4 heures du matin, le compte se met à poster vingt tweets successifs vers différents documents publiés sur son site officiel. L’un d’entre eux présente le père de Donald Trump, Fred, comme un « philanthrope » quand un autre évoque la fameuse affaire des emails d’Hillary Clinton

« C’est pour le moins étrange »

Le compte se fait véritablement remarquer le 1er novembre, lorsqu’il exhume l‘enquête de 129 pages réalisée par le FBI en 2001 – et conclue en 2005 – sur l’amnistie offerte par Bill Clinton à  Marc Rich, un homme d’affaire sulfureux poursuivi pour fraude fiscale. Brian Fallon, porte-parole d’Hillary Clinton, n’a pas manqué de s’étonner du timing de cette publication, à une semaine de la présidentielle américaine — d’autant que le compte s’est depuis rendormi — : « À moins qu’il ne s’agisse d’une date limite d’une procédure de FOIA, c’est pour le moins étrange. »

Le FBI s’est défendu de toute activité partisane en affirmant qu’il s’agissait d’une simple coïncidence : « Ces documents ont été déclarés libres d’être publiés selon la procédure FOIA en vigueur et ont été mis en ligne de façon automatique. »

L’investigation ouverte depuis par le FBI va toutefois à l’encontre de cette position officielle. La réouverture de son enquête sur les emails d’Hillary Clinton, fin octobre, avait déjà remis l’affaire au premier plan médiatique.

Partager sur les réseaux sociaux