"Continuez à bosser comme vous le faites, et surtout continuez à faire croire aux producteurs que vous faites le maximum [contre le piratage]". Voici un extrait d'une lettre communiquée par un lecteur souhaitant rester anonyme, dans laquelle il semble être dit par une personne bien placée que la SCPP n'a aucune intention de lutter contre le piratage sur Internet, mais seulement de faire semblant. Attention, info explosive !

Dans le jargon, on appelle ça un scoop. Nous garderons cependant une réserve dans notre enthousiasme puisque rien ne nous permet d’affirmer (malgré l’apparente sincérité du récit qui nous a été envoyé) que les propos qui vont suivre émanent réellement d’un membre de la SCPP, ou à tout le moins d’une personne bien placée pour les tenir.

C’est donc au travers de deux photographies volées (ici, et ) que ce lecteur nous a montré ce qu’il interprète lui même comme un « un e-mail envoyé par un producteur et qui parle de piraterie sur le web et de la SCPP ». Rappelons que la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques) a entre autres dans ses attributions une mission de lutte anti-piraterie. Elle est actuellement présidée par Pascal Nègre, qui n’est autre que le président d’Universal Music France.

Nous avons retouché les deux images afin de n’en faire qu’une et de reconstituer au mieux la lettre dans sa globalité :

Et voici retranscrits tout ce que nous avons réussi à déchiffrer des lignes qui apparaissent sur ce message. Merci de votre compréhension pour les quelques trous qui subsistent :

« Je me réjouis de voir qu’à deux reprises […] ton équipe […] arrêter (ou effrayer, peu importe) […] paquet de mafieux qui considèrent que la musique leur appartient et que les producteurs […] n’ont aucun droit.

C’est toujours scandaleux de constater que des centaines de voyous accumulent dans leur […] des graveurs de CD par dizaines et revendent ensuite sous le manteau les copies de CDs qu’ils réalisent. Ca leur rapportera bientôt plus que le shit !

Au sujet de la piraterie de musique sur Internet, il y a encore beaucoup à faire. On ne peut que se réjouir de voir ce qui est fait, mais c’est finalement peu par rapport à ce qu’il reste à faire.

Continuez à bosser comme vous le faites et surtout, continuez à faire croire aux producteurs que vous faites le maximum. Peut-être seraient-ils furieux d’apprendre qu’une seule personne en France s’occupe de la luttre contre la piraterie sur Internet (un type contre plusieurs millions). Mais tant que l’illusion fonctionne, continuons comme cela. En plus ce serait bien trop chiant de courir après chaque pirate. C’est le seul moyen d’avoir un impact réel contre la piraterie sur KaZaA, mais c’est chiant et on ne sait pas comment s’y prendre. La SCPP a d’autres chats à fouetter. Donc mieux vaut continuer de faire semblant de se battre contre les founisseurs d’accès. Ca coûte moins cher et en plus, on sait faire !

Voilà. Avec plus d’un mois de retard, je te souhaite une bonne année 2003 et une bonne santé.

Daniel« 

Voilà. Encore une fois nous ne savons pas si ce courrier est authentique, ni le cas échéant quelle importance a ce Daniel dans les prises de décisions de la SCPP. Mais avouons que le tout est relativement troublant, et rassurant pour les utilisateurs de P2P…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés