Grâce à Techcrunch, on en sait un peu plus sur l’échéance de MySpace quand ses deux fondateurs annonçaient une stratégie plus ouverte à la conférence Web 2.0 ; une stratégie qui, comme le souligne Techcrunch et comme nous l’évoquions dans un précédent article, constitue avant tout une réponse aux initiatives de Facebook qui commencent à lui faire de l’ombre.

Au menu, on retrouve donc le classement des amis en plusieurs catégories (amis, famille, business) qui permettra de proposer différents types d’autorisations d’accès ; Facebook avait notamment adopté une option similaire face à sa politique de confidentialité des informations qui laissait un peu à désirer. L’arrivée de cette fonctionnalité est à attendre prochainement.

Le premier aspect de l’évolution de la plateforme vers un modèle plus ouvert devrait quant à lui arriver d’ici deux semaines ; il s’agira de proposer aux utilisateurs un catalogue de widgets tiers afin de le leur éviter de parcourir le Web à la recherche de l’application recherchée.

La seconde étape, qui prendra place dans un ou deux mois, consistera ensuite à ouvrir cette fameuse plateforme aux développeurs afin de leur permettre de créer des applications dévouées à MySpace. Pour les détails techniques, il ne s’agira pas de widgets mais d’API basées sur un nouveau langage propre à MySpace qui pourra inclure le Flash, les éléments iFrame, les snippets en scripts Java. Elles pourront aussi utiliser les informations contenues dans le profil afin d’avoir une fonctionnalité complète.

Si les widgets seront toujours autorisés, MySpace compte bien favoriser un système propre en n’autorisant l’inclusion de publicité que pour les applications qui seront développées avec son langage ; les développeurs gardent la totalité des revenus. Chaque application sera soumise à un beta test avant d’être ouverte à l’ensemble des utilisateurs. On peut donc estimer que les premières d’entre elles n’arriveront pas avant 2008, et il est probable que certaines d’entre elles prennent le relais sur le lecteur traditionnel de MySpace, pour lequel l’avenir de Snocap est hautement incertain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés