Microsoft dévoilait hier la nouvelle génération de son baladeur Zune, prévu pour les Etats-Unis en novembre prochain. La première chose perceptible est une volonté forte de s’aligner sur l’iPod. Les trois modèles sont en effet déclinés en différentes capacités de stockage calquées sur la différence entre l’iPod Classic et l’iPod Nano : un modèle doté d’un disque dur de 80 Go et deux autres à 4 et 8 Go. Même les prix correspondent exactement à celui de leurs homologues de chez Apple. 249 dollars, 199 et 149 (voir le tableau comparatif).

Alors, où réside la différence ? D’abord sur l’aspect « social » du Zune. L’appareil de Microsoft s’est toujours démarqué de celui d’Apple par la possibilité offerte aux utilisateurs de s’échanger des fichiers par Wi-Fi. La nouvelle donne, c’est qu’avec le Zune 2.0, la date de péremption des fichiers échangés de cette manière a disparu au profit d’une limitation d’écoute restreinte à 3 lectures. Le Zune pourra aussi être synchronisé, toujours par Wi-Fi, avec le Media Center de Windows Vista.

Le lancement d’un Web « Zune Social » est aussi à l’ordre du jour et devrait injecter la nouvelle tendance Last.fm dans les veines du bébé de Microsoft : recommandations et rapprochements sociaux par le goût seront donc à prévoir.

Si le Zune a un pas d’avance sur l’iPod quand il s’agit d’exploiter les possibilités offertes par le Wi-Fi, le baladeur numérique de la multi-nationale reste en revanche à la traîne pour ce qui relève du tactile. Alors que, de son côté, le nouvel iPod Touch d’Apple intègre à la fois interface tactile et Wi-Fi.

Aucun changement est annoncé pour le premier Zune, toujours affiché à 199 dollars pour 30 Go, si ce n’est une mise à jour qui devrait aussi offrir la synchronisation au Media Center de Vista et le changement de limitation d’écoute lors d’échanges de fichiers.

Outre le manque d’audace dont fait preuve Microsoft par rapport à Apple qu’il se contente de copier, le point noir au tableau reste la commercialisation en Europe. D’après la firme, celle-ci ne serait pas prévue avant deux ans, voire n’arriverait jamais sur le vieux continent dont le marché manquerait apparemment de « maturité ». La véritable révolution serait à attendre avec le Zune 3, dont on promet cette fois-ci une sortie en Europe.

Disons que le Zune 2 doit sûrement être pris par Microsoft comme amuse-gueule avant de passer aux choses plus sérieuses, et ne constitue qu’une piqûre de rappel pour que les américains n’oublient pas qu’il existe autre chose que l’iPod. D’ailleurs Microsoft ne caresse aucun autre espoir que de tenir la 2eme position derrière la suprématie écrasante d’Apple (50 millions d’iPod vendus contre 1,2 millions de Zune). Bon, et bien attendons la révolution dans ce cas là…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés