Torrentspy logo

La justice américaine contraignait il y a un mois TorrentSpy, le site de liens BitTorrent, à logger ses connexions pour permettre à la MPAA de récolter les adresses IP des utilisateurs.

Mais plutôt que de devenir un immense piège à téléchargeurs au service de l’association, TorrentSpy pourrait bien se saper lui même. C’est du moins ce que laisse entendre cette annonce faite lundi dernier, selon laquelle le moteur de recherche utilisera un système de filtre intitulé FileRights pour bloquer les contenus piratés.

Cette décision tombe aussi comme la réponse appropriée à la plainte déposée l’année dernière par la MPAA, non sans rappeler celles portées à l’encontre des sites de partage de vidéos comme YouTube.

D’ailleurs, FileRights fonctionne sur le principe même comme les filtres vidéos : les ayants droit fournissent des informations à propos de leur contenu, et le système détecte les fichiers non autorisés et en supprime les liens. La seule différence réside dans la façon de les repérer, qui, pour FileRights, repose non pas sur les empreintes sonores ou visuelles mais sur les valeurs de « hash ».

Le système ne serait cependant pas infaillible selon Ira Rothken, le représentant de TorrentSpy devant la justice. Il n’est donc pas certain que cela lui évite de fermer ses portes. Quoiqu’il en soit, TorrentSpy prévoirait de toute façon de bloquer l’accès aux Etats-Unis avant d’avoir à transmettre l’adresse IP des utilisateurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés