Tandis que les négociations de fusion avec Warner sont officiellement au point mort depuis le dernier refus par EMI, la maison de disques britannique prévoit 15 % de baisse de son chiffre d'affaires. Le numérique n'a progressé que de 59 %, mais pourrait bondir grâce à une stratégie plus volontariste.

EMI Group indique au London Stock Exchange, la place boursière de Londres, qu’il prévoit pour son dernier exercice fiscal achevé le 31 mars une contraction de 15 % de son chiffre d’affaires. Grâce à une politique très ferme d’économie et d’augmentation des marges d’exploitation, le groupe estime tout de même pouvoir annoncer 174 millions de livres sterling de bénéfice, ce qui est tout de même au dessus des prévisions au marché, a expliqué la major britannique, qui avait sonné l’alarme par deux fois en début d’année. La maison de disques, quatrième du marché mondial, ne prévoit pas de redistribuer des dividendes cette année.

Alors que la musique enregistrée sur support matériel est en baisse, EMI annonce que ses revenus numériques ont augmenté de 59 %, et représentent désormais environ 10 % du chiffre d’affaires total de EMI Music. Ce ratio la place dans les tendances du marché mais la progression du chiffre d’affaires numérique reste bien inférieure à ce qui pouvait être espéré il y a quelques années. Pour se rattraper, EMI est bien décidée à véritablement prendre le problème à bras le corps.

« Nous avons lancé un nombre significatif d’initiatives numériques – la plus récente étant l’introduction de téléchargements sans DRM de qualité sonore supérieure sur tout notre catalogue numérique, ce qui reflète notre optimisme sur l’environnement numérique« , a ainsi expliqué Eric Nicoli, le président de EMI Group. Résolument optimiste, il estime que ce genre d’initiatives, « couplé avec des décisions de gestion fermes« , « place le groupe en position de réaliser de grands progrès à l’avenir« . EMI a par exemple enclenché des plans de licenciements importants au Canada et en France.

Le groupe a annoncé qu’il avait fait de grands progrès dans sa gestion des coûts et qu’il avait réalisé la majorité des actions prévues dans le plan de restructuration lancé début janvier. Le plan qui s’étale jusqu’au premier trimestre 2009 prévoit 110 millions de livres d’économies (environ 160 millions d’euros), dont 70 millions au 31 mars 2008.

Les résultats officiels d’EMI seront communiqués le 23 mai.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés