Du nouveau dans la désormais bien connue Affaire Techland/Logistep. Une requête judiciaire communiquée au Journa du Dimanche révèle que plus de 5000 internautes français sont visés par la lettre envoyée à ceux suspectés d'avoir mis à disposition le jeu Call of Juarez...

Pour vous informer sur l’affaire Techland, consultez notre FAQ régulièrement mise à jour ainsi que le topic dédié sur le forum de Ratiatum, où participent de nombreux internautes destinataires de la lettre Martin/Techland

Il fallait se douter, au vu du nombre impressionnant d’internautes à venir témoigner sur Ratiatum, que le nombre d’identités révélées par les fournisseurs d’accès à Internet était élevé. Selon le Journal du Dimanche qui a eu accès à la requête du cabinet Elizabeth Martin, déposée au tribunal de grande instance de Paris, ce sont 5079 adresses IP qui ont fait l’objet d’une demande de divulgation d’identité. Sept fournisseurs d’accès ont été concernés : France Télécom, Free, Neuf Télécom, Cegetel, Tele 2, Club internet, et Tiscali. Auxquels il faut ajouter un surprenant « service juridique de Tiscali France », considéré comme un FAI à part entière.

« Le texte de la requête indique que Logistep a utilisé un logiciel baptisé « file-sharing monitor » pour scanner un ou plusieurs réseaux d’échange de fichiers peer to peer (seul eMule est mentionné explicitement), et repérer l’adresse IP des fraudeurs présumés« , indique par ailleurs Yann Philippin dans le JDD. « Dans son ordonnance, le président du TGI de Paris a enjoint les huit fournisseurs d’accès concernés à communiquer trente jours après en avoir reçu la demande les noms et adresses de l’ensemble des abonnés concernés« .

D’autres opérations annoncées en France

Sans doute suite aux révélations de Ratiatum et surtout à l’enquête disciplinaire diligentée par le Barreau de Paris, les courriers envoyés par Elizabeth Martin aux internautes a très légèrement été modifié. Il dispose désormais d’un paragraphe supplémentaire exigé par le code de déontologie des Avocats :

« Conformément aux règles déontologiques des Avocats, nous vous remercions de nous communiquer, le cas échéant, les coordonnées de votre Conseil pour que nous nous mettions en rapport avec lui ».

Le reste de la lettre n’a pas changé et exerce toujours une pression considérable sur l’internaute pour l’inviter à verser 400 euros au cabinet pour éviter toute poursuite judiciaire. Comme nous l’indiquions la semaine dernière, la lettre suit un modèle sans doute mis au point par LogiStep (la société suisse qui a relevé les adresses IP), utilisé dans les mêmes conditions en Allemagne et en Grande-Bretagne.

LogiStep a indiqué au JDD que Techland était leur premier client pour la France, mais que d’autres allaient bientôt suivre, notamment des éditeurs de musique, de jeux vidéo et de logiciels professionnels.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés