Les vidéos présentes sur les sites comme YouTube ne posent pas que des problèmes de droit d’auteur. On connaît l’exemple malheureux du happy slapping, et c’est aussi parfois l’école de la délinquance que l’on voit. Le terme « lock-picking », qui désigne l’art d’ouvrir les serrures de porte sans clé, renvoie plus de 280 résultats sur YouTube. Du coup en Grande-Bretagne, l’Associations des Maîtres Serruriers proteste et prévient du danger. Ils dénoncent YouTube, sans doute pas parce que ça augmente le nombre de voleurs, mais surtout parce que ça nuit à la réputation de leur profession. Peut-être que dans un second temps ils se poseront la question de la sécurité de leurs serrures et proposeront systématiquement à leurs clients des mécanismes beaucoup plus sécurisés… c’est aussi ça, l’effet Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés