Aux Etats-Unis, Google recrute un expert de l'optimisation des moteurs de recherche (SEO) dont le travail sera d'optimiser le référencement des propres services de Google.

Est-ce une vraie offre d'emploi sincère ou une opération de communication au moment où la Commission européenne menace Google de lourdes sanctions pour abus de position dominante ? La firme de Mountain View a publié une annonce d'emploi pour recruter un spécialiste de l'optimisation des moteurs de recherche, non pas pour contrer les techniques des experts du SEO "black hat", mais pour réaliser son propre SEO et faire mieux ressortir ses propres services dans les résultats des moteurs de recherche. Manière de dire (ou de faire croire) que les services de Google sont logés à la même enseigne que les autres dans les résultats affichés.

"En tant que Directeur de programme pour le SEO technique, vous travaillerez avec des équipes trans-fonctionnelles à travers le Marketing, les Ventes, le Développement Produit, l'Ingénierie et davantage, pour aider à apporter plus de trafic organique et de croissance commerciale", explique l'annonce, dont le poste est basé à Mountain View, en Californie. L'heureux élu devra en particulier travailler sur les services de la plateforme de Cloud de Google.

Mais même s'il paraît étrange vu de France que Google recrute un spécialiste du SEO, la situation n'est pas la même aux Etats-Unis, où Google domine dans des proportions beaucoup plus raisonnables. Si au niveau mondial Google représente 88 % des recherches, et environ 95 % en France, aux Etats-Unis Google affiche une part de marché de 65 %, ce qui l'oblige à optimiser le référencement de ses propres services sur des moteurs comme Bing (20 %) ou Yahoo (12,7 %).

Une situation beaucoup plus saine que sur le vieux continent où aucune concurrence n'arrive véritablement à percer, malgré la qualité réelle de moteurs alternatifs comme DuckDuckGo (américain) ou Qwant (européen)

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés