Des pirates qui se revendiquent de l'Etat Islamique, dont le mode de communication n'est toutefois pas sans rappeler celui des hackers de Sony Pictures, ont piraté des données de l'armée américaine, et contourné un compte Twitter officiel suivi par plus de 100 000 internautes pour les publier.

Mise à jour : les documents "piratés" semblent tous avoir été tous déjà publiés par le passé, ce qui minimise grandement l'importance de l'action dont rien ne confirme qu'elle a effectivement été menée par l'Etat Islamique.

Des hackers qui se revendiquent de l'Etat Islamique ont piraté lundi le compte Twitter @CENTCOM, utilisé par le US Central Command, une des unités de commandement de l'armée américaine, dont la sphère d'influence couvre 20 pays au Moyen-Orient et en Eurasie, dont l'Irak, l'Afghanistan, la Syrie et le Yémen. Le compte Twitter suivi jusque là par 109 000 internautes est utilisé habituellement par le US Central Command pour publier des informations sur les opérations en cours dans ces pays, en particulier dans le cadre de la "guerre contre le terrorisme" livrée par les Etats-Unis et leurs alliés.

"Soldats américains. Nous arrivons, surveillez vos arrières", disait un premier message publié vers 18 heures 30 heure française, signé de l'acronyme ISIS, le nom encore utilisé en anglais pour désigner "l'Etat Islamique en Irak et au Levant". Ce premier message pointait vers un communiqué, étrangement comparable à ceux que l'on a lu pour le piratage de Sony Pictures, qui donne lui-même des liens permettant de télécharger des documents issus de serveurs de l'armée américaine.

Une première archive contient près de 50 Mo de documents datés parfois de 2014, dont des listes nominatives de centaines de militaires rattachés au CENTCOM (avec le détail des commandements et des attributions, les numéros de téléphone, numéros d'identification, l'ancienneté, ou les adresses e-mail), des documents internes sur la politique et la stratégie du CENTCOM, ou des éléments budgétaires.

La deuxième archive contient 22 Mo de documents Powerpoint dont les fichiers sont datés entre 2004 et 2008, qui présentent sommairement des "scénarios de guerre" et des besoins de collecte d'informations préparatoires, en Chine, Corée du Nord, Mer Caspienne, Afrique et Indonésie.

"Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, le CyberCaliphat sous les auspices de ISIS continue son CyberDjihad", dit le message communiqué par les hackers. "Tandis que les Etats-Unis et leurs satellites tuent nos frères en Syrie, en Iraq et en Afghanistan, nous avons pénétré dans vos réseaux et vos appareils personnels, et savons tout de vous".

"Vous ne verrez aucune pitié, infidèles. ISIS est déjà là, nous sommes dans vos PC, dans chaque base militaire. Avec la permission d'Allah nous sommes dans CENTOM désormais. Nous n'arrêterons pas. Nous savons tout de vous, de vos femmes et de vos enfants".

A la manière de ce qui avait été fait pour les documents de Sony Pictures, les hackers assurent que les documents communiqués ne sont qu'une partie de ceux qu'ils ont obtenus sur des appareils mobiles. D'autres pourraient donc suivre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés