Un sondage commandé par la Commission européenne montre que les usages des téléphones mobiles sont considérablement freinés par la crainte des frais d'itinérance (roaming) appliqués par les opérateurs à l'étranger.

Alors que les opérateurs français se sont lancés cette année dans une bataille du roaming qui permet de plus en plus d'utiliser son téléphone mobile dans différents pays européens sans payer de surcoûts, la Commission européenne dévoile ce lundi matin les résultats d'un sondage qu'elle a commandée, sur l'impact des frais d'itinérance.

Réalisé auprès de 28 000 personnes, dont plus de 3 000 en France, le sondage montre notamment au niveau européen que :

  • 94 % des Européens réduisent leur usage de services en ligne comme Facebook lorsqu'ils sont dans un pays étranger ;
  • 47 % n'utilisent jamais leur accès à internet mobile à l'étranger ;
  • Plus d'un Européen sur quatre éteint son téléphone lorsqu'il se rend dans un autre pays ;
  • 33 % des "voyageurs fréquents" désactivent les données en itinérance, contre 16 % des voyageurs occasionnels (moins bien informés des coûts).

En France,

  • 41 % éteignent leur téléphone lorsqu'ils sont dans un autre pays de l'UE ;
  • 20 % désactivent l'itinérance des données ;
  • 7 % achètent une carte SIM sur place ;
  • 17 % utilisent un réseau Wifi avec leur téléphone ;
  • 5 % effectuent des appels vocaux aussi souvent qu'en France, 46 % le font moins, 40 % jamais ;
  • 14 % envoient autant de SMS qu'en France ; 

"En vertu des règles adoptées en 2012, un consommateur aura le droit, à partir de 2014, de quitter son opérateur national lorsqu'il voyage et d'acheter des services en itinérance moins chers auprès d'une entreprise locale dans le pays où il se rend, ou d'un concurrent dans son pays d'origine, le tout sans changer de carte SIM", rappelle la Commission Européenne. "L'objectif est de créer un véritable espace européen des télécommunications en estompant, puis en éliminant les différences entre les prix facturés pour les appels nationaux, en itinérance et intra-européens".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés