Le Syndicat National de l'Edition Phonographique met en place le système Easy Rights pour tracer les ventes de musique en ligne. L'objectif est de pouvoir établir rapidement les classements des ventes et donc d'avoir le meilleur contrôle possible sur la stratégie marketing en ligne.

Le SNEP n’a pas attendu l’initiative DDEX pour organiser en France un « reporting » standardisé des ventes de musique en ligne. Le syndicat a adopté la solution Easy Rights mise en œuvre par Yacast, spécialiste en France du broadcasting et de la mesure d’audience des médias numériques.

« Easy Rights vise à résoudre au mieux une difficulté lancinante de notre secteur : le reporting des ventes effectuées sur les plates-formes numériques et mobiles. Les données concernant les ventes remontent par exemple vers les producteurs avec parfois un long délai. Impossible, alors, d’avoir une photographie instantanée de ce qui est vendu en ligne. Il était donc temps d’avoir un dispositif normalisé« , explique Hervé Rony, directeur général du Snep. « Easy Rights permettra au producteur de savoir instantanément combien de fois telle chanson à été téléchargée et pour quels montants« , mais « les gens n’ont pas à s’inquiéter de la confidentalité de leurs achats, qui est garantie« , assure-t-il.

Le système sera mis en place en priorité sur les plate-formes mobiles, plus juteuses pour l’industrie du disque, et selon le SNEP moins bien équipées en outils de reporting. Mais faut-il encore que les plate-formes acceptent de se soumettre à ce contrôle permanent, ce qui fait l’objet de négociations. « Nous cherchons surtout à faciliter la vie de tous les acteurs de la chaîne musicale« , promet Hervé Rony.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés