Hilary Rosen s'est forgée une réputation de femme de fer du monde de l'industrie musicale. A la tête de la RIAA pendant 17 ans, c'est elle qui a mis à mort Napster et dirigé les plaintes contre d'autres éditeurs de P2P. Mais aujourd'hui elle critique la stratégie de la RIAA et se pose des questions sur les DRM...

Hilary Rosen est une femme heureuse, puisqu’elle est une femme libre. Elle a quitté la Recording Industry Association of America (RIAA) en 2003 pour se consacrer à sa vie de famille et devenir consultante experte des questions d’anti-piratage et de politique auprès de la filière musicale.

Elle est surtout une lobbyiste de talent. Selon sa biographie officielle, Mme Rosen a eu un rôle déterminant auprès du Congrès américain « dans l’adoption de plusieurs textes de lois importants relatifs à la propriété intellectuelle et à l’âge numérique, y compris le Digital Millennium Copyright Act« . Ce DMCA est l’équivalent américain du projet de loi DADVSI actuellement en suspens dans les rouages législatifs français. Tous les deux sont issus d’accords internationaux, pour lesquels Hilary Rosen n’est pas non plus étrangère. « Son expérience des affaires publiques s’étend à un travail autour du monde sur des accords de commerces et des négociations de traités multi et bi-latéraux« , rapporte ainsi la biographie de la femme la plus détestée des P2Pistes.

Mais elle fait désormais amende honorable. La tête sortie du guidon, elle manifeste sur son blog du Huffington Post ses doutes et ses désaccords avec la stratégie actuelle. Elle remet d’abord les pendules à l’heure face aux internautes qui lisent et commentent son blog. « Des commentateurs sur ce site m’accusent régulièrement de porter plainte contre des étudiants d’universités et d’autres ‘innocents’ dans mon rôle passé de Présidente et Directrice de l’Association Américaine de l’Industrie Phonographique (RIAA, ndlr). Les plaintes contre des individus lancées par la RIAA ont commencé après que je sois partie« , se défend Hilary Rosen.

« Je partage le sentiment que les plaintes ont épuisé la majeur partie de leur utilité« , dit-elle, et « les maisons de disques doivent travailler plus dur pour implanter une stratégie qui légitime davantage de sites P2P et qui étende le champ du téléchargement et des abonnements en travaillant plus dur avec la communauté technologique pour avoir des appareils et des services de musique qui fonctionnent mieux ensemble« . Le DRM de l’iPod « m’énerve« , confesse l’ancienne présidente de la RIAA, qui avait déjà douté du bienfait de la fermeture de Napster. Elle ajoute en conclusion :

« A propos des DRM, il est temps de repenser également cette stratégie là« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés