Nolife va va faire évoluer sa formule de télévision de rattrapage. En janvier, la nouvelle plateforme, baptisée Noco, verra le jour. L'idée ? Proposer une offre de vidéo à la demande (VOD) regroupant plusieurs partenaires. Dybex et Wakanim, deux éditeurs d'animation japonaise, seront notamment de la partie.

Quelque peu oubliée par la Hadopi, l'offre légale en matière d'animation japonaise existe pourtant bel et bien. De la VHS au DVD en passant par les diverses formules sur Internet, ces éditeurs, apparus dans les années 80 et 90 lorsque le succès des mangas et des dessins animés japonais a explosé, sont aujourd'hui dans une phase de regroupement, notamment pour mieux répondre à l'enjeu du piratage.

C'est ainsi que Noco a vu le jour. À partir de janvier, cette nouvelle plateforme va reprendre le flambeau de Nolife Online, le service de télévision de rattrapage en ligne mis en place par la chaîne. Outre les contenus de cette dernière, Noco va également diffuser les catalogues d'autres éditeurs, le tout consultable depuis le support de son choix (ordinateur, tablette, smartphone).

Dans son communiqué (.pdf), six noms sont d'ores et déjà donnés. Deux éditeurs d'animation japonaise (Dybex et Wakanim), un éditeur de films et de séries (WE Productions), deux éditeurs de web-séries (LBL 42 et Olydri) et une chaîne de télévision (Trace). Il s'agit d'un début et la participation de Dybex et Wakanim, deux acteurs de poids dans l'animation japonaise, constitue un atout indéniable.

Concernant l'abonnement, Noco ne prévoit manifestement pas une offre globale pour l'ensemble des contenus. Il s'agira plutôt de choisir les éditeurs qui intéressent l'internaute. "Chaque utilisateur peut s'abonner à la carte aux différents catalogues proposés par Noco. Il peut alors en regarder les émissions à loisir, en streaming, pendant toute la durée de son abonnement".

Le principe d'une alliance entre éditeurs n'est pas nouveau. Quelques semaines auparavant, un partenariat similaire a été mis en place entre deux grands acteurs de l'offre légale en matière d'animation japonaise, Kana Home Video et Kaze Play. Ensemble, ils ont lancé Anime Digital Network, qui permet l'accès à un vaste catalogue via un paiement mensuel unique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés