L'enseignement du BTS IRIS est menacé de disparition. Un projet de réforme vise à le fusionner avec un autre BTS, consacré à l'électronique. Or, la nouvelle formation qui doit émerger de ce rapprochement ne serait pas du tout adaptée à la réalité du marché du travail. Les détracteurs de la réforme dénoncent la perte d'heures de cours en informatique au profit des sciences physiques.

Depuis 2002, le BTS IRIS (informatique et réseaux pour l'industrie et les services techniques) forme des étudiants au développement d'applications et à l'exploitation des systèmes informatiques. Le diplôme, qui s'obtient en deux ans, offre ensuite des débouchés professionnels sur le marché du travail ou peut servir de tremplin pour continuer des études dans les grandes écoles ou les universités.

Vers la disparition du BTS IRIS…

Cette formation est toutefois susceptible de disparaître. Une réforme conduite par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche vise à fusionner le BTS IRIS avec une autre formation de brevet de technicien supérieur, à savoir le BTS SE (systèmes électroniques). Or, ce projet passe très mal auprès des enseignants de BTS IRIS, qui y voient une menace pour la filière informatique.

L'an dernier, un collectif de professeurs publiait une tribune dans 01 Net pour demander l'abandon de cette réforme qui, d'après eux, "va affaiblir les compétences des étudiants dans ce qui fait le cœur de cette formation aux métiers de l'informatique", alors que ce sont "précisément" ces compétences qui sont "demandées dans les offres d'emploi". Ils n'ont manifestement pas été entendus.

Dans un message publié sur FRnOG, remarqué sur Twitter par Niko GL,  la fusion entre les BTS SE et IRIS serait actée. "Nous venons d'obtenir des informations "off" sur la validation de la réforme au plus haut niveau", écrit Pascale Guinet, professeur d'informatique au lycée Édouard Branly, à Lyon. Cela, malgré les deux avis négatifs rendus par le Conseil supérieur de l'éducation.

…qui sera absorbé par le futur BTS SN

Cette nouvelle filière sera baptisée BTS SN (Systèmes Numériques).

Malgré les deux options proposées par le futur BTS SN (EC pour électronique et communication et IR pour informatique et réseau), les enseignants du BTS IRIS pensent que la perte d'heures de cours en informatique va pousser les étudiants à se diriger vers d'autres parcours, comme le BTS SIO (services informatiques aux organisations), autrefois intitulé BTS IG (informatique de gestion), ou les DUT.

En effet, la principale critique adressée à cette réforme porte sur le volume d'heures consacrées à l'informatique, qui va être réduit au profit des sciences physiques. Or, les enseignants IRIS considèrent dans une pétition que cette évolution ne vise qu'à sauver des postes dans la filière BTS SE, qui "est en perte de vitesse", et empêcher la fermeture de plusieurs sections en France.

Autrement dit, aux yeux de ses détracteurs, cette réforme aurait moins pour objectif de proposer une formation efficiente et en accord avec les demandes du marché du travail que de sauvegarder et renforcer le secteur électronique, désormais moins couru que la filière informatique.

La pétition a été signée à ce jour par 742 personnes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés