Le Flowers Lab, qui réunit l'INRIA et l'Ensta ParisTech, ont présenté la version 1.0 leur robot humanoïde open-source Poppy.

Il mesure 84 cm, pèse 3,5 kg, est né en France et pourra être reproduit chez vous, par vous, pour peu que vous disposiez du matériel nécessaire. Alors que les regards des amateurs de robotique sont principalement tournés vers le robot NAO de la société française Aldebaran, l'INRIA et l'Ensta ParisTech ont présenté leur projet Poppy, un autre robot humanoïde, qui a la particularité d'être entièrement open-source et basé sur du matériel disponible publiquement.

Créé initialement pour étudier la locomotion bipède, Poppy est devenu un véritable robot humanoïde à part entière, doué d'interaction sociale avec une tête dotée d'un écran LCD, des caméras et des micros.

L'ensemble du robot, lorsqu'il est au complet, est composé de 25 moteurs Robotis Dynamixel, 16 capteurs de force, 2 caméras PS Eye, 1 centrale à inertie, 1 écran LCD 4,3 pouces 480 x 273px, deux micros, et une carte Raspberry Pi. Toute l'armature plastique est à imprimer en 3D.

La partie logicielle est basée sur la librairie PyPot, conçue pour le contrôle des moteurs Dynamixel, tandis que les plans hardware seront mis à disposition sous licence Creative Commons By-CN-SA. 

Pour le moment cependant, seuls ceux qui en font la demande ont accès à la version bêta du projet, avec ses instructions de montage. Les pièces seront fournies directement par le Flowers Lab, qui réunit l'INRIA de Bordeaux et l'Ensta ParisTech. Pour candidater, le laboratoire demande aux personnes intéressées de décrire leur projet.

Comptez tout de même entre 7 500 et 8 000 euros pour l'ensemble, et de 2 à 3 jours d'assemblage. Un joujou coûteux, qui reste tout de même plus accessible que ses autres concurrents Open-Source comme Darwin-OP, NimbRo-OP, ou iCub.

Plusieurs avancées sont déjà annoncées, comme l'intégration d'une batterie (le robot doit pour l'instant être branché, ce qui limite fortement sa liberté de déplacement), la réduction du poids des composants électroniques, ou le développement de nouveaux pieds avec des capteurs de force intégrés.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos