Facebook annonce des changements dans la façon dont il gère la confidentialité de ses membres mineurs. Désormais, la visibilité des contenus publiés par les enfants âgés de 13 à 17 ans sera limitée par défaut aux "amis" et non plus aux "amis d'amis". Si le jeune veut publier un contenu en mode public, c'est-à-dire visible par tous, il recevra un message d'avertissement lui expliquant les conséquences potentielles de ce choix.

Né en 2004, Facebook accueille aujourd'hui 1,15 milliard d'usagers réguliers d'après les statistiques du réseau social. Nonobstant le fait qu'un profil sur dix ne serait pas légitime, le site communautaire a conquis des internautes de tous âges. Évidemment, les mineurs, ces fameux "natifs du numérique", sont de la partie. Il est toutefois difficile d'évaluer leur nombre, vu qu'ils mentent parfois sur leur âge pour s'inscrire.

En la matière, Facebook dit ne pas avoir la possibilité d'empêcher l'inscription des plus jeunes sauf à créer une procédure de vérification beaucoup trop contraignante et invasive à l'égard des adultes (communication d'une pièce d'identité par exemple). Mais le réseau social doit, pour des raisons légales (Children's Online Privacy Protection Act), indiquer que son service est interdit aux moins de 13 ans.

Selon une enquête menée en 2011 aux États-Unis, 46 % des enfants de 12 ans et 62 % des enfants de 13 ans se trouvent sur Facebook. En France, selon une étude conduite l'an dernier, près de 20 % des enfants de moins de 13 ans sont sur Facebook. Devant cette situation, il est impératif que le réseau social propose un dispositif de confidentialité de qualité, comme le réclame la Commission européenne.

Ce mercredi, Facebook a toutefois annoncé quelques changements concernant sa politique de confidentialité destinée aux mineurs. Désormais, les paramètres du site pour les 13 – 17 ans seront réglés par défaut sur "amis" et non plus sur "amis d'amis". Autrement dit, la visibilité des publications d'un mineur âgé de 13 ans ou plus sera limitée à ses contacts uniquement, sauf s'il décide de modifier ce paramètre.

Et que se passe-t-il si le mineur opte pour un partage public, c'est-à-dire visible par tout le monde ? Facebook indique qu'il n'empêchera pas l'usager de le faire, mais affichera un encart d'avertissement qui est, selon le site, une étape dans la "pédagogie renforcée".

"Concrètement, avant de valider un partage 'public', les jeunes utilisateurs recevront une notification (pop-up) leur rappelant explicitement que leurs publications seront visibles par tous et leur précisant les implications de ce changement", explique le site communautaire, qui précise que cette fenêtre sera affichée à chaque fois que l'usager mineur voudra publier un contenu en mode public.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés