Une étude menée aux États-Unis montre que de nombreux jeunes sont attirés par Facebook. 46 % des enfants de 12 ans et 62 % des enfants de 13 ans ont un profil sur le réseau social. Ce dernier interdit pourtant l'inscription des mineurs âgés de moins de 13 ans. Mais il est facile de tromper le système de vérification du site, avec ou sans la complicité des parents.

Que ce soit pour surfer sur des sites destinés aux adultes ou apparaître artificiellement plus âgé, mentir sur son âge est une pratique banale sur Internet. Ce comportement est surtout visible chez les plus jeunes, dans la mesure où de nombreux sites web demandent cette information au préalable. C’est le cas notamment de Facebook, dont la communauté compte environ 600 millions d’utilisateurs.

Le centre de recherche Pew, cité par News Observer, s’est intéressé aux activités numériques des enfants américains. Il en ressort que 46 % des jeunes âgés de 12 ans sont présents sur les sites de réseautage social. Ce nombre grimpe à 62 % pour les enfants de 13 ans. Des résultats pas forcément étonnants, dans la mesure où Facebook est très populaire outre-Atlantique et autorise les inscriptions à partir de 13 ans.

Dans sa page dédiée à sa politique de confidentialité, Facebook explique que « les enfants de moins de 13 ans ne doivent pas s’inscrire sur Facebook ni nous fournir d’informations personnelles les concernant. Si nous apprenons avoir recueilli de telles informations personnelles d’un enfant de moins de 13 ans, nous supprimerons ces informations dans les plus brefs délais« .

À partir de 13 ans et jusqu’à la majorité, Facebook ne prendra aucune initiative pour supprimer un compte mais souhaite que les mineurs demandent à leurs parents l’autorisation de s’inscrire sur le site. De plus, les parents doivent sensibiliser leur progéniture « aux pratiques d’utilisation d’Internet en toute sécurité« . Le site propose un guide à cet effet.

Alors qu’elles relèvent du bon sens, ces recommandations ne sont pas toujours suivies d’effet. Il n’est pas rare de voir de jeunes parents créer eux-mêmes le profil Facebook de leur bambin, trop heureux de célébrer l’évènement en ligne avec leurs proches. Quant aux jeunes adolescents, il suffit de mentir sur son âge lors de l’inscription pour accéder au site. Et qui peut croire qu’ils vont demander l’autorisation à leurs parents pour retrouver leurs amis sur Facebook ?

En la matière, Facebook est démuni. Les vérifications effectuées lors de l’inscription et l’affichage de contenus et de publicités en lien avec l’âge de l’utilisateur ne servent à rien dès lors que celui-ci trompe le système avec un âge fictif. Tout juste Facebook peut-il encourager la dénonciation d’enfants trop jeunes, à travers un formulaire spécialement conçu pour cela.

Une tâche de vérification longue et compliquée, surtout si les parents sont complices ou n’encadrent pas le comportement numérique de leurs enfants.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés