Avec Telib, Virgin a introduit un nouveau type de forfait téléphonique où le client doit utiliser le mobile sélectionné par l'opérateur. Pour le MVNO, ce pack complet représente une solution idéale pour éviter au consommateur de se perdre dans la masse des formules. Mais cette décision est manifestement une première et porte en elle un certain nombre de risques.

Jusqu'à aujourd'hui, le forfait téléphonique n'avait aucune influence sur le choix du téléphone portable. Qu'il soit client chez l'un des quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile ou abonné à un MVNO, l'usager pouvait opter pour le terminal de son choix. Il pouvait aussi, si aucun ne lui convenait, garder l'actuel (sauf simlockage sur un opérateur). Il suffisait alors de glisser la carte SIM dans le smartphone et d'attendre le calibrage avec le réseau.

Avec sa nouvelle offre Telib, Virgin bouscule les lignes. Le premier opérateur de réseau mobile virtuel français impose pour la première fois l'utilisation d'un téléphone précis dans le cadre de son forfait. C'est le Acer Liquid Z3 qui a été choisi, en raison, selon les explications de l'opérateur, du bon compromis entre la qualité de l'appareil, sa fiabilité, son prix et sa technologie.

Coup de canif dans la neutralité

Mais cette décision interpelle. Pourquoi Virgin Mobile a-t-il choisi d'imposer un seul et unique mobile avec Telib ? C'est, à notre connaissance, une première. Jamais un autre opérateur n'avait lié aussi intimement une offre téléphone, un réseau et un mobile.

En l'état, la formule Telib constitue une atteinte aux principes de la neutralité du réseau, qui veulent que l'utilisateur ait la liberté d'utiliser les services de son choix avec les appareils de son choix. La transmission des données doit s'opérer sans prendre en compte la source, la destination et le protocole, et cela recouvre aussi les terminaux employés dans ce cadre. Avec Telib, impossible de choisir le mobile.

C'est un précédent qui risque d'accentuer un effet de "minitelisation" de l'Internet mobile : si Virgin s'engage dans cette direction, d'autres pourraient suivre. On pourrait même assister à l'apparition de forfaits gratuits mais financés par une exploitation massive de données personnelles, via des applications imposées sur le mobile. Contacté, Virgin précise que des logiciels sont pré-embarqués, mais destinés à surveiller l'état du forfait. Mais quid à l'avenir ?

Enfin, un risque pourrait se concrétiser à moyen et à long terme. Que va-t-il se passer si les opérateurs se mettent à imposer la société X plutôt que l'entreprise Y ? La réponse est évidente : l'innovation prendra un coup dans l'aile si Y n'a aucune chance de capter un nouveau client même en proposant un smartphone plus innovant.

Virgin voulait une offre "lisible" et "simple"

Ainsi, Virgin assure qu'aucune modification n'a été apportée au système d'exploitation Android pour permettre, d'une façon ou d'une autre, de diffuser des publicités personnalisées aux utilisateurs du téléphone. Même chose au niveau des applications existantes (comme le navigateur web) ou proposées en plus dans le cadre de l'offre Telib. Virgin répète qu'aucune collecte de cette nature n'a lieu.

En développant Telib, Virgin Mobile voulait un forfait qui ne soit pas dans n'importe quel catalogue. Estimant que le marché regorge de forfaits compliqués, le MVNO nous a expliqués vouloir une "offre simple et lisible", tout packagé. C'est ainsi qu'est né Telib. L'intention est louable et le fait de proposer un trafic mensuel de 10 Go en data mobile est appréciable. Mais quel est l'intérêt pour Virgin de verrouiller son offre ?

Contacté, Julien Allisy, directeur communication, markting et ventes chez Virgin Mobile, nous affirme ne pas avoir de partenariat particulier avec Acer. L'opérateur explique qu'il n'est pas impossible, dans un avenir plus ou moins proche, que des modèles d'autres marques soient proposés en plus de l'Acer Liquid Z3. Et d'ici deux ans, date à laquelle le mobile sera automatiquement renouvelé, Virgin laisse entendre qu'un nouvel appareil sera proposé pour suivre l'évolution du marché.

Pourtant, il y a bien un "verrouillage" au niveau de la carte SIM pour éviter que la carte SIM soit insérée dans un autre mobile, nous a confirmé Virgin. Autrement dit, celle-ci n'est pas censée fonctionner ailleurs que dans les Acer Liquid Z3 vendus par Virgin. Tant pis si certains préfèrent iOS ou BlackBerry OS à Android, ou si d'autres aimeraient profiter de leur smartphone ayant un meilleur appareil photo.

Un simple test avant une ouverture du forfait Telib ?

Si Virgin impose un modèle précis de téléphone et ne permet pas d'en changer, c'est qu'il doit y avoir un intérêt économique qui expliquerait du même coup pourquoi Virgin lance une offre aussi attractive. Et pourtant, vu les réponses à nos questions, il n'y a rien qui ne l'explique. Sauf à ce qu'il s'agisse justement d'un test pour voir comment le marché réagit à un forfait utilisable exclusivement avec un modèle de mobile fourni par l'opérateur.

Car si Virgin n'a effectivement pas de stratégie commerciale particulière, pourquoi s'engager dans cette voie ? Il n'y a aucun avantage marketing à en tirer, sauf à penser que les clients sont tellement perdus dans l'océan des offres qu'ils vont s'accrocher à Telib comme à une boulée de sauvetage, puisque celle-ci propose un pack global. Mais la réalité du constat et l'efficacité de la stratégie sont discutables.

Virgin avait la possibilité de proposer la même offre sans verrouiller son réseau. Même si l'opérateur n'a pas d'objectif particulier avec cette offre, le MVNO prête inévitablement le flanc à la critique. Celle-ci aurait été bien moindre si l'usager avait le choix entre deux mobiles différents. Mais peut-être que Virgin Mobile résoudra lui-même ce point… en élargissant son forfait Telib à d'autres mobiles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés