Cherchant à fluidifier les achats électroniques sur téléphones mobiles et tablettes, trois grandes banques françaises (BNP Paribas, Banque Postale et Société Générale) ont présenté ce mardi la plateforme PayLib, qui facilitera les paiements sur Internet.

BNP Paribas, la Banque Postale et la Société Générale lanceront officiellement le 24 septembre prochain une nouvelle solution de paiement en ligne simplifié, baptisée PayLib, présentée ce mardi à la presse. Plutôt que de saisir les numéros, date d'expiration et code de sécurité de sa carte bancaire, le client qui souhaite acheter un bien ou un service sur Internet doit uniquement saisir ses identifiants PayLib, et valider la transaction. Le compte bancaire est alors débité sur la carte associée à l'identifiant PayLib, comme c'est le cas sur un service comme PayPal.

Mais contrairement à ce dernier, puisque la banque se charge directement de créer le compte PayLib, l'internaute n'a même pas à entrer ses données bancaires une première fois. La démarche est ultra-simplifiée, pour encourager encore plus le développement du commerce électronique — en particulier sur mobiles, qui se prêtent moins facilement à la saisie des numéros de carte — et pour permettre aux banques de retrouver une relation d'intermédiaire direct entre le consommateur et le commerçant. En revanche, PayLib ne va pas aussi loin que la solution MasterPass de MasterCard, qui propose aussi aux internautes de pré-remplir l'adresse de livraison.

Côté sécurité, le service des trois banques françaises propose quelques innovations, comme la possibilité de limiter les paiements mobiles au seul smartphone sur lequel le client a initialement activé le service. L'identifiant est simplement l'adresse e-mail de l'utilisateur, lequel a la possibilité de définir lui-même son mot de passe de "minimum 6 caractères", ce qui paraît bien faible. Mais un code de vérification sera envoyé à l'utilisateur au moment de valider le paiement :

Pour le moment, seule une petite dizaine de commerçants ont accepté d'implanter la solution d'ici la fin du premier trimestre 2014, dont Showroomprivé.com, Voyages-SNCF.com, Vente-Privée.com, La Poste, Price Minister, et Leroy Merlin.

Si le système fait ses preuves, d'autres banques pourraient rejoindre le consortium PayLib.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos