Outre-Atlantique, plusieurs célébrités ont eu à se prononcer sur l'affaire PRISM. Certaines d'entre elles se mobilisent, à l'image du cinéaste Oliver Stone.

Les célébrités se feront-elles le relais des aspirations de la population américaine, dont une partie réclame la suspension ou au minimum l'encadrement plus strict des programmes de surveillance électronique mis en œuvre par la NSA ? Ces dernières semaines, plusieurs personnalités publiques ont réagi en faveur d'Edward Snowden pour demander aux nations étrangères de l'accueillir comme réfugié politique.

Sur ce terrain, le réalisateur Oliver Stone fait preuve d'un engagement certain. Le cinéaste oscarisé en 1987 pour le film Platoon a participé à un spot de campagne de l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU). La séquence se concentre sur le 4ème amendement de la Constitution des États-Unis et les conséquences funestes lorsque le gouvernement est irresponsable, rappelant l'épisode du Watergate.

"Nous n'avons pas obtenu le quatrième amendement dans le but de protéger ceux qui ont quelque chose à cacher. Nous avons eu cet amendement, qui interdit les mandats généraux et la surveillance illimitée, parce que nous ne connaissons que trop bien le prix à payer lorsque le gouvernement est irresponsable", déclare le réalisateur américain.

"La question n'est pas de savoir si vous avez quelque chose à cacher. La question est de savoir si c'est nous qui contrôlons le gouvernement ou si le gouvernement qui nous contrôle".

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos