Au Danemark, des maires se sont retrouvés en difficulté pour avoir repris la chanson de Gangnam Style dans une vidéo adressée aux entrepreneurs et aux investisseurs locaux. Universal leur a demandé de payer une licence pour avoir l'autorisation de continuer à utiliser la chanson. Les maires ont refusé et changé de bande son.

Est-il encore nécessaire de présenter Gangnam Style ? La chanson du chanteur sud-coréen Psy a connu un succès planétaire l'année dernière, grâce en particulier à sa chorégraphie très particulière. Sur YouTube, le clip a été visionné plus d'un milliard de fois et nombreux sont ceux qui se sont mis à imiter le hit de l'artiste asiatique, mais aussi à le parodier et à le détourner.

C'est le cas de quatre maires danois, qui ont souhaité reprendre la chanson Gangnam Style dans une vidéo décalée. Leur but ? Attirer l'attention du public afin d'inciter les entrepreneurs à venir investir chez eux. Armés de courage et d'un brin d'auto-dérision, les quatre maires se sont filmés en train de danser sur le titre pop de Psy. Mais c'était sans compter l'intervention d'Universal Music.

Torrentfreak signale que la maison de disques considère que cette utilisation nécessite compensation, au nom du droit d'auteur. Pour avoir le droit de maintenir la bande son en l'état et obtenir en conséquence une licence, chaque maire aurait dû payer 10 500 dollars (environ 8100 euros), soit un total très élevé de 42 000 dollars (environ 32 400 euros). En outre, ils avaient 24 heures pour payer.

Sans surprise, les quatre maires ont refusé de payer le montant exigé par Universal Music. Soucieux de ne pas se lancer dans une périlleuse aventure judiciaire, les élus danois ont également fait le choix de retirer la bande son. À la place, la vidéo diffuse une autre musique agrémentée de bruitages simulant la réaction du public (cris, applaudissements) face à la "performance" des danseurs en herbe.

De son côté, Universal a laissé entendre que la diffusion de cette vidéo avait des visées politiques en cherchant accroitre le capital sympathie des quatre élus. Des élections municipales et régionales doivent avoir lieu en novembre 2013, comme l'a pointé la maison de disques dans un communiqué. Il ne s'agit pas, dès lors, d'une utilisation tout à fait innocente aux yeux de la major.

Les mairies, elles, ont estimé que cette utilisation s'inscrivait dans le cadre de l'usage loyale (fair use) et de la parodie. Les deux points de vue étant manifestement irréconciliables et les sommes en jeu, demandées au titre d'une compensation pour infraction au droit d'auteur, étant jugées trop élevées, aucun accord pour résoudre le différend n'a donc pu être trouvé.

Véritable phénomène musical, Gangnam Style a rapporté beaucoup d'argent et pas seulement grâce à l'offre légale. En effet, la chanson sud-coréenne a également généré indirectement des gains importants grâce à la copie et aux parodies, lorsque celles-ci ont été laissées tranquille. Fin décembre, les montants évoqués étaient supérieurs à 6 millions d'euros.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés