LinkedIn, principale plateforme sociale pour le monde professionnel, a décidé de mettre à jour ses conditions d'utilisation afin de clarifier sa politique à l'égard du plus vieux métier du monde, qu'il s'agisse de services d'escort ou de prostitution, même si ces activités peuvent être légales dans certains pays.

Le plus vieux métier du monde n'a pas sa place sur un réseau professionnel comme LinkedIn. La plateforme américaine a mis à jour ses conditions d'utilisation en début de semaine et Mashable a constaté une modification quelque peu inhabituelle : désormais, ceux ou celles proposant des services d'escorte (escort girl ou escort boy) ou de prostitution verront leur compte supprimé.

Les nouvelles règles du site communautaire américain sont les suivantes : "ne faites pas ce qui suit : télécharger, publier, envoyer par InMail, transmettre ou mettre autrement à disposition ou initier tout contenu qui [permet de] créer des profils ou fournir un contenu qui promeut des services d'escort-girl ou de prostitution", "même si cela est légal là où vous êtes".

En comparaison, le service Viadeo est moins clair. Le réseau social invite les usagers à "se conformer aux lois en vigueur et respecter les droits des tiers, ainsi que les présentes stipulations contractuelles" et à s'abstenir de "diffuser des données, informations ou contenus à caractère […] obscène, offensant […] et de manière générale tout contenu qui serait contraire aux lois et règlements en vigueur ou aux bonnes mœurs".

Cela concerne-t-il les travailleurs et travailleuses du sexe ? Le flou autour des règles laisse une certaine latitude à Viadeo pour agir. Si la plateforme découvre ou est alerté d'un "contenu manifestement illicite", elle "pourrait être amenée à le supprimer sans notification préalable de sa part au Membre ayant fourni ledit contenu".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés