Nouvelle condamnation pour un cinquième membre du collectif IMAGiNE, spécialisé dans le camcording (enregistrement pirate d'un film diffusé en salle). La justice américaine l'a puni avec une peine de prison de 23 mois et 15 000 dollars de dommages et intérêts. Il sera ensuite en liberté surveillée pendant trois ans.

Entre 2009 et 2011, le collectif américain IMAGiNE s'est illustré sur la scène du piratage en effectuant des copies directement dans les salles de cinéma. Les films étaient ensuite diffusés sur Internet via le protocole BitTorrent. Selon les autorités américaines, le groupe est très rapidement devenu le plus actif dans ce domaine, diffusant des œuvres bien avant leur disponibilité dans le commerce.

Mais le grand succès rencontré par le collectif IMAGiNE a eu un revers : très vite, les autorités se sont intéressés à ses membres et plusieurs arrestations se sont produites en 2011. Depuis, les jugements s'enchaînent. Quatre participants sont d'ores et déjà passés devant un juge et condamnés pour association de malfaiteurs et contrefaçon. Cela inclut le leader, condamné à cinq ans de prison.

Trois mois après cette condamnation, c'est au tour d'un cinquième membre de connaître sa sanction. Mercredi, un tribunal fédéral américain l'a condamné à 23 mois de prison et à verser 15 000 dollars de dommages et intérêts. Une fois sa peine purgée, il devra se plier à trois ans de mise à l'épreuve. Au cours d'une audience précédente, l'homme de 41 ans avait plaidé coupable de certains chefs d'accusation.

Selon Ars Technica, IMAGiNE a enregistré des films comme Avatar, Le Choc des Titans ou encore Les Chèvres du Pentagone. Contrairement à d'autres collectifs, IMAGiNE effectuait un travail de bonne facture pour du camcording. Si l'image était capturée en salle, les membres récupéraient ensuite la piste son depuis les options prévues pour les personnes malentendantes. Il ne restait plus qu'à synchroniser l'ensemble.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés