Frédéric Lefebvre est de nouveau en campagne électorale. Malchanceux en 2012 lors des élections des députés représentants les Français de l'étranger, il profite de l'intervention du Conseil constitutionnel pour revenir dans le jeu politique. S'exprimant sur l'antisémitisme et l'antisionisme, Frédéric Lefebvre a appelé le Conseil national du numérique à éradiquer ces propagandes d'Internet.

Ancien député des Hauts-de-Seine, Frédéric Lefebvre tente aujourd'hui de revenir dans l'arène parlementaire. Investi par l'UMP pour la première circonscription des Français établis hors de France, qui regroupe les États-Unis et le Canada, l'ex-secrétaire d'Etat sous le gouvernement Fillon a néanmoins été battu au second tour par sa rivale socialiste, Corinne Narassiguin.

Fin de partie pour l'ancien tirailleur de l'UMP ? C'était sans compter l'annulation par le Conseil constitutionnel de l'élection de Corinne Narassiguin pour rejet de ses comptes de campagne. Bien décidé à récupérer cette place laissée vacante, Frédéric Lefebvre est donc reparti en campagne avec la bénédiction de son parti pour conquérir l'électorat français vivant en Amérique du Nord.

Et sur quelle thématique Frédéric Lefebvre a-t-il choisi de s'exprimer ? Le problème de l'antisémitisme sur Internet. Dans une déclaration transmise à l'AFP, il "demande que le Conseil national du numérique soit saisi le plus rapidement possible pour faire des propositions qui, tout en respectant la neutralité du net, permettent d'éradiquer la propagande antisémite, antisioniste qui s'y retrouve aujourd'hui".

Pour lui, c'est le Conseil national du numérique qui doit "trouver les voies et les moyens d'une réaction volontaire et massive" puisque "toutes les voies de répression classique ont leurs limites".  Il reste néanmoins à découvrir comment le Conseil national du numérique peut à la fois éradiquer ce phénomène tout en préservant un principe fondamental du réseau des réseaux.

L'appel de Frédéric Lefebvre survient quelques semaines après la polémique des messages racistes, homophobes et sexistes circulant sur Twitter. La découverte de ces messages, popularisés via certains hashtags, a poussé le gouvernement à s'exprimer sur le sujet et conduit les associations concernées à entreprendre des démarches judiciaires pour pousser Twitter à intervenir.

En outre, la démarche de Frédéric Lefebvre a sous doute une visée électorale. La diaspora juive est très importante en Amérique du Nord : 4,9 millions aux USA et 260 000 au Canada, les deux pays de la circonscription visée par le candidat UMP. Dès lors, il n'est pas surprenant que l'ancien député aborde des thématiques auxquelles une part importante de ses électeurs potentiels est sensible.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés