Apple a obtenu la semaine dernière un brevet sur une technologie qui permettra de recharger ou d'utiliser différents appareils à proximité de l'ordinateur, grâce à une alimentation électrique sans fil.

Ce ne sera pas une révolution technologique, mais l'invention (si tant est qu'elle en soit une) aura tout de même de quoi émerveiller nombre de consommateurs. Apple a obtenu jeudi un brevet sur une "utilisation d'alimentation sans fil dans un environnement informatique local", qui propose de créer une zone autour de l'ordinateur dans laquelle tous les appareils compatibles seraient automatiquement alimentés en électricité, sans avoir besoin de les alimenter par un fil électrique.

Concrètement, l'idée d'Apple est d'utiliser la résolution magnétique en champ proche (NFMR), une technologie qui se base sur un champ électromagnétique généré entre un émetteur et un récepteur, pour générer de l'électricité au bénéfice du dernier. Selon la firme de Cupertino, la technologie permet d'alimenter ainsi des appareils jusqu'à 1 mètre de distance de la base de chargement, soit directement, soit grâce à des appareils qui ont une double fonction de récepteur et de relais d'émission.

Oubliez cependant tout de suite l'idée séduisante d'alimenter un téléviseur Apple TV accroché au mur comme un tableau, sans avoir à le relier à une prise électrique. Apple précise que le NFMR ne permet de générer que "quelques watts", ce qui sera insuffisant pour un téléviseur ou un ordinateur. Mais c'est assez pour alimenter un clavier ou une souris, ou pour recharger lentement un téléphone mobile ou une tablette posés sur le bureau, où se trouve le générateur.

Il y a donc fort à parier pour que dans un avenir assez proche (sauf à ce que la technologie ne soit pas assez viable), Apple décide d'embarquer une station de charge NFMR dans ses iMac, pour que tout objet Apple posé à proximité bénéficie automatiquement d'une alimentation électrique.

Il faut cependant noter que la technologie décrite par Apple dans son brevet n'a rien d'originale, ce qui est pourtant en principe un critère essentiel de la brevetabilité. Le brevet a été déposé en 2010, or dès 2009 la société WiTricity démontrait un procédé similaire :

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos