Amazon a confirmé que les publicités diffusées sur ses nouvelles tablettes ne pourront pas être désactivées. L'entreprise explique que les annonces font partie de son modèle économique pour proposer des produits sous la barre des 200 euros.

Amazon a présenté jeudi sa nouvelle tablette Kindle Fire HD. Disponible en deux versions (16 ou 32 Go de capacité de stockage), l'appareil dispose d'un écran antireflet de 7 pouces, d'un processeur double-cœur cadencé à 1,5 GHz et d'une connectivité WiFi 802.11n. Le site de commerce électronique a également annoncé la mise à jour de sa gamme initiale de Kindle et a dévoilé le Kindle Paperwhite.

Soucieuse de rendre ses nouvelles tablettes accessibles au plus grand nombre, l'entreprise américaine a ajouté que les Kindle sont "financés par la publicité". L'utilisateur accédera "à des offres publicitaires non invasives, uniquement sur l'écran de sauvegarde". "C'est intégré dans le modèle économique, c'est ce qui nous permet de proposer les prix qu'on a aujourd'hui".

Il ne sera pas possible d'échapper à ces annonces. Interrogé par CNET, un porte-parole d'Amazon a confirmé que les publicités diffusées sur ces nouvelles tablettes ne peuvent pas être désactivées. Il n'est par exemple pas possible de payer sa tablette un peu plus cher pour se débarrasser de ces contenus, à la différence des produits précédents (l'option pour désactiver les publicités est facturée 20 dollars).

Un drame ? Tout dépend des positions de chacun ; certains trouveront que l'affichage de publicités est un moindre mal qui permet d'éviter de se retrouver face à une tablette qui, dans le cas contraire, serait peut-être proposée à un prix autrement plus élevé. D'autant que les annonces diffusées sur le Kindle Fire HD ne sont pas décrites comme invasives par ceux qui ont pu manipuler l'appareil.

Si Amazon change un jour de politique et décide de diffuser davantage de réclames sur ses appareils, nul doute que les avis sur ce compromis changeront alors. Mais est-ce vraiment envisageable ? La forte concurrence dans le secteur des tablettes tactiles devrait empêcher le cybermarchand américain d'aller dans cette direction. Il risquerait sinon de pousser sa clientèle vers la concurrence.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés