Notre confrère Thomas Mennecke, fondateur de Slyck, rapporte le bannissement du client BitComet sur un nombre croissant de trackers BitTorrent privés.

« La plupart des trackers privés tels que ScT Torrent, UK Nova et Midnight Torrents n’acceptent plus les clients BitComet« , rapporte Thomas Mennecke sur Slyck. Et le mouvement de gronde contre le client BitTorrent semble s’étendre à un nombre croissant de sites privés dédiés à la diffusion de contenus sur le réseau P2P.

A l’origine du problème figure le partage décentralisé des « torrents privés ». Les torrents sont des fichiers très légers qui fournissent à BitTorrent toutes les indications nécessaires pour se connecter au réseau et télécharger un contenu spécifique. Il porte en lui l’adresse d’un serveur appelé « tracker », qui a pour charge de mettre en relation les différents utilisateurs qui possèdent et souhaitent télécharger un fichier donné. Or pour des raisons évidentes, certains de ces trackers souhaitent rester « privés » pour ne pas être montrés au grand jour. Les torrents qui font référence à eux possèdent donc un marqueur spécifique qui indique aux clients qu’ils ne doivent pas être diffusés, notamment par l’intermédiaire du réseau décentralisé (DHT) implanté sur certains clients BitTorrent, dont le client officiel et BitComet.

Or BitComet semble ne pas tenir compte de ce marqueur, ou uniquement en partie. Les torrents sont bien partagés sur le réseau DHT, mais uniquement à la demande d’un client qui avait déjà connaissance de l’adresse du tracker privé, et qui n’arrive pas à s’y connecter.

Reste que BitComet ne fait pas non plus respecter les ratios de téléchargement/upload parfois exigés par certains trackers, ce qui lui vaut là aussi un lot de critique de la part d’une certaine catégorie d’administrateurs BitTorrent.

Pour le moment, le développeur de BitComet joue lettres mortes sur le problème. Son client reste parfaitement fonctionnel avec l’ensemble des trackers publics, largement majoritaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés