Logiciel phare de Mozilla, Thunderbird va progressivement être confié à sa communauté. La fondation souhaite en effet concentrer ses ressources sur d'autres projets, jugés plus urgents, plutôt que sur un client de messagerie dont les perspectives d'évolution paraissent aujourd'hui limitées. Mozilla continuera toutefois de publier des correctifs de sécurité et de stabilité.

Coup dur pour tous les amoureux du client de messagerie libre Thunderbird. Mozilla a décidé de réaffecter une partie importante des ressources consacrées au logiciel à d’autres projets, jugés prioritaires. Il ne s’agit toutefois pas d’un abandon de poste : la fondation continuera d’assurer la maintenance du programme et la publication des mises à jour de sécurité et de stabilité.

« Nous sommes arrivés à la conclusion que l’innovation permanente sur Thunderbird n’est pas une priorité pour Mozilla et que les besoins les plus critiques pour le produit concernent la sécurité et la stabilité. En fait, il n’est pas impossible que Thunderbird soit déjà ce que les utilisateurs veulent et il n’y a pas de demande forte d’innovation dans ce domaine« , a expliqué la fondation.

Est-ce à dire que Thunderbird n’évoluera plus jamais ? Absolument pas. Mais c’est à la communauté, forte de 20 millions d’utilisateurs dans le monde, de prendre le relai. Dans cette nouvelle répartition des rôles, les utilisateurs auront pour tâche d’apporter de nouvelles fonctionnalités au client de messagerie libre, tandis que Mozilla se contentera d’assurer une mission de gouvernance générale.

En quoi consistera-t-elle ? Si la fondation se met en retrait, elle continuera de payer le personnel, de financer les infrastructures nécessaires au logiciel et d’assurer la logistique afin que le programme bénéficie toujours d’un support de qualité.

Né au début des années 2000, Thunderbird est compatible avec les trois principaux systèmes d’exploitation et supporte 52 langues différentes. Le logiciel, qui a connu treize versions majeures tout au long de sa carrière, a souffert ces dernières années de la percée des webmails. À l’image de sa décision vis-à-vis du format vidéo H.264, Mozilla poursuit la réévaluation de ses priorités, quitte à bousculer ses projets et ses idées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés