Les premiers pas de Facebook en bourse sont catastrophiques. En trois jours, le cours de Facebook est passé de 42 à 31 dollars. Le gendarme américain des marchés compte examiner l'entrée en bourse du réseau social, qui a été affectée par plusieurs problèmes vendredi dernier.

Jusqu’où s’effondrera l’action Facebook ? Depuis son introduction en bourse, le cours du titre n’a cessé de reculer, au point de faire de cet évènement un fiasco. Fixée à 42 dollars, la valeur du titre a terminé sa première journée de cotation à 38 dollars. Les doutes des investisseurs se sont ensuite nettement confirmés cette semaine, l’action étant désormais à 31 dollars.

Cette situation a attiré l’attention de l’autorité de réglementation des activités boursières aux États-Unis, le Securities and Exchange Commission (SEC). Celle-ci estime que les conditions entourant l’entrée en bourse du réseau social doivent être passées en revue. Divers soucis sont en effet survenus, allant des traders ne pouvant pas annuler leurs ordres à l’engorgement du NASDAQ.

« Je pense qu’il y a beaucoup de raisons d’avoir confiance dans nos marchés et dans leur intégrité, mais il y a des questions qu’il faut regarder, en particulier s’agissant de Facebook« , a indiqué la présidente de l’autorité, Mary Schapiro, citée par Reuters. Une décision qui ne devrait pas rassurer les investisseurs, ceux-ci ayant déjà manifesté un fort scepticisme quant aux perspectives du site communautaire.

Pour Facebook, le scénario qui se joue a fortement réduit sa capitalisation boursière. En l’espace de trois jours, celle-ci a reculé de 19 milliards de dollars (15 milliards d’euros). Il faut dire que le titre a perdu 18 % depuis vendredi, et que les échanges en pré-ouverture laissent penser que l’effondrement de la valeur du titre va se poursuivre encore ce mercredi.

Quel serait alors le bon niveau pour une action Facebook ? À en croire l’évaluation faite par Thomson Reuters Starmine, celui-ci serait de 9,59 dollars. C’est une valeur quatre fois plus faible que celle affichée lors de son introduction en bourse. Selon Thomson Reuters Starmine, ce prix paraît raisonnable au regard des résultats de Facebook. La dégringolade ne semble pas prête de s’arrêter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés