Trois ans après avoir lâché leur label et décidé de s'auto-produire sur Internet, les Counting Crows gardent le cap. Ces derniers se servent notamment de BitTorrent pour assurer leur promotion, en mettant à disposition gratuitement quelques-uns de leurs titres. Les internautes sont ensuite invités à acquérir l'album s'ils ont apprécié.

En 2009, les Counting Crows quittaient leur ancien label pour se produire eux-mêmes grâce à Internet. Un choix qui fut loin d’être anodin pour le groupe, après dix-huit ans passés chez Geffen Records, racheté par la suite par Universal Music. « Internet ouvre un monde de possibilités infinies, où les seules frontières sont les frontières de votre propre imagination« , expliquait alors le groupe sur son site web.

Trois ans plus tard, le choix de l’auto-production est toujours pleinement assumé par les Counting Crows. Mais ces derniers reconnaissent qu’il est désormais beaucoup plus difficile de devenir une méga-star sans la puissance médiatique d’une maison de disques. Mais ce qu’un groupe perd en force de frappe, il le gagne en indépendance. Les membres peuvent décider eux-mêmes de la direction artistique à prendre.

Mais si les Counting Crows misent sur Internet pour rester en contact avec leur public et diffuser leurs œuvres, que pensent-ils des échanges de fichiers, à l’image du réseau BitTorrent ? Considèrent-ils ces échanges comme une menace pour leurs activités ou comme une opportunité pour étendre leur audience ? Interrogé sur ce point par Torrentfreak, le leader du groupe penche nettement pour la seconde proposition.

Pour Adam Duritz, BitTorrent joue le même rôle que les stations de radio, à savoir être un outil de promotion au service des artistes. Une mission que BitTorrent remplit même au-delà des attentes, puisque les internautes ont la possibilité d’écouter la musique récupérée autant de fois qu’ils le souhaitent. « Je n’arrive pas à croire que tout ne le monde ne le fasse pas déjà« .

Pour autant, Adam Duritz ne dit pas qu’il est favorable au piratage. Il n’est question ici que d’une utilisation légale. Pour preuve, le groupe américain s’est associé avec BitTorrent pour diffuser gratuitement quatre de ses chansons (Untitled (Love Song), Like Teenage Gravity, hospital, Meet on the Ledge) pour appâter les auditeurs. Ces derniers sont ensuite invités, s’ils ont aimé, à acquérir l’album complet.

En plus des quatre titres gratuits diffusés sur BitTorrent, le groupe met également à disposition des contenus supplémentaires (pochette, commentaires et artworks). Et Adam Duritz de conclure : « vous pouvez soit geindre sur votre sort ou faire usage de BitTorrent. Le partage de fichiers n’est pas différent du reste du net, c’est un outil qui permet de connecter le monde entier« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés