Lorsqu'une faille permettant de lancer des homebrews est découverte sur un jeu du catalogue de la PS Vita, l'éditeur japonais préfère supprimer le jeu vidéo du Playstation Store quitte à fâcher les clients qui avaient téléchargé le jeu, et ne pourront plus le re-télécharger s'ils veulent y jouer à nouveau.

On sait que Sony a parfois des méthodes peu cavalières pour lutter contre les techniques qui permettent aux hackers de lancer des « homebrews », c’est-à-dire des logiciels ou des jeux vidéo non autorisés. En 2010, le Japonais avait carrément retiré une fonctionnalité de la PS3 qu’il avait présenté comme un avantage concurrentiel face à la Xbox 360, en décidant du jour au lendemain de supprimer la possibilité d’installer Linux sur la console. Les joueurs étaient obligés de faire la mise à jour et d’amputer leur console, s’ils voulaient continuer à accéder aux services en ligne essentiels pour le jeu multijoueurs.

Cette fois, c’est pour empêcher les homebrews sur la Playstation Vita que Sony préfère fâcher des clients. Le 1er mars 2012, les hackers du site Wololo.net ont annoncé la sortie d’un loader de homebrews, Vita Half Byte Loader (VHBL), qui fonctionnait en exploitant une vulnérabilité du jeu Motorstorm : Artic Edge. Comme la PS Vita n’a pas de lecteur UMD, il s’agissait de la version dématérialisée, téléchargeable sur le Playstation Store. Or dès le lendemain, Sony a réagi en supprimant Motorstorm du PS Store.

Rebelote, avec cette fois le jeu Everybody’s Tennis. Samedi, les mêmes hackers de Wololo.net ont indiqué qu’ils avaient découvert une faille dans le jeu vidéo qui allait être « extrêmement dangereuse pour le business (de Sony) » puisqu’elle allait permettre de lancer des jeux « comme des jeux 8-bits qui ont 20 ans d’âge ou 154 versions différentes de Pong« . Avec ironie, les hackers font remarquer que VHBL ne permet pas d’exécuter de copies piratées des jeux vidéo destinés à la PS Vita, dont les clés de chiffrage n’ont pas été crackées. Mais là encore, Sony a préféré supprimer Everybody’s Tennis de son Playstation Store.

Or comme le fait remarquer Ars Technica, si ou pour une raison ou une autre un joueur efface la copie de Motorstorm ou de Everybody’s Tennis qu’il avait achetée, ou s’il change de console, il ne pourra plus télécharger le jeu. Et n’aura donc plus possibilité d’y jouer.

Le problème est pour le moment limité à deux jeux, mais il pourrait largement s’étendre.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos