Non, la gratuité de la musique sur Internet n'est pas une fatalité contre laquelle il est impossible de se battre. Pandora Media le prouve avec une radio en ligne tout à fait étonnante.

Il existe désormais de nombreuses solutions logicielles de radios qui déterminent les chansons à passer en fonction de celles qui nous séduisent le plus. Citons le précurseur iRate, son cousin Indy, la plateforme Mercora ou le très bon service Lastfm sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.

Mais mettons l’accent aujourd’hui sur la radio Pandora, qui a l’avantage d’être totalement intégrée au navigateur Internet grâce à l’utilisation de la technologie Flash de Macromedia. Lors d’une première connexion, Pandora demande à l’utilisateur d’indiquer le nom d’un artiste ou d’une chanson qui représente le mieux ses goûts musicaux. Le service va alors fouiller sa base de données et croiser les informations pour dénicher les morceaux que l’auditeur sera le plus susceptible d’apprécier. Au fur et à mesure des écoutes, la sélection s’affine grâce aux remarques de l’auditeur qui peut indiquer qu’il aime particulièrement une chanson, ou alors qu’il déteste au contraire celle que Pandora est en train de jouer.

Pandora Media se distingue de ses homologues par l’exploitation des données du Projet de Génome Musical, démarré en 2000. « Pendant les cinq dernières années, nous avons écouté avec soin les chansons de plus de 10.000 artistes – des plus populaires aux plus obscurs, et nous avons analyser les qualités musicales de chacune des chansons, un attribut à la fois« , explique la société. Au final, ce sont des centaines d’attributs, ou gènes, qui ont été assemblés pour créer ce « génome musical ». Mélodie, harmonie, rythme, instrumentalisation, orchestration, arrangements, paroles, harmonie vocale… tout a été soigneusement codé et la base continue d’être enrichie chaque jour.

Le résultat est d’autant plus bluffant que la radio est ainsi capable de détailler chacun de ses choix avec une précision chirurgicale. Sunburn, de Muse, « se caractérise par une légère syncope rythmique, une écriture mélodique, un rythme accoustique au piano, des parties instrumentales écrites exigentes et un mélange d’orchestration accoustique et électrique« . Une fois le morceau joué, Pandora nous propose Solutions de Bush puis Virtue and Vice des Black Crowes.

Lancé en juillet dernier, Pandora est gratuit pendant les 10 premières heures d’utilisation. Il en coûte ensuite 12 $ (10 euros) par trimestre, ou 30 euros pour un an. Pour des raisons de droits d’auteurs, l’auditeur ne peut pas télécharger les chansons, ni avancer ou reculer leur lecture.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés